Actualités

 


Qui sommes-
nous?

 

Page Lumumba

 

L'hypocrisie de l'ONU au Congo

Contrairement à la réalité, le Conseil de sécurité des Nations Unies annonce des progrès dans la situation de la RD Congo tout en notant que le contrôle de l'embargo sur les armes devait être renforcé.

Mani Junior Kisui, 12 décembre 2003

Selon l'agence de presse l'AFP, le Conseil de sécurité des Nations Unies a annoncé jeudi, 11 décembre 2003, des progrès dans la situation du RD Congo tout en évoquant la possibilité, déjà en discussion en novembre, de mettre en place un "mécanisme renforcé de surveillance" afin de superviser l'embargo sur les armes à destination de la RDC mis en place en juillet.
"Les membres du Conseil demandent aux Etats membres de donner leur soutien total à l'application effective de l'embargo sur les armes", a indiqué l'ambassadeur bulgare, Stefan Taprov, qui en assure la présidence mensuelle.
Le secrétaire général adjoint des Nations unies chargé des opérations de maintien de la paix, Jean-Marie Guéhenno, a, quant à lui, osé déclarer que des " progrès importants avaient été réalisés durant l'année écoulée dans ce pays déchiré par une guerre civile(...) nous réalisons des progrès en Ituri, nous faisons des progrès dans l'est".
On parle en général,sans précision, des progrès pour éviter l'essentiel
Comme l'on peut le constater, l'ONU parle en général et aborde les choses d'une manière superficielle pour éviter l'essentiel qui est la persistance de la présence rwandaise et ougandaise dans l'est de la RDC. On nous dit que des "progrès importants" avaient été réalisés durant l'année écoulée. Mais lesquels quand tout le monde sait que les Rwandais et les Ougandais sont toujours là ? L'armée rwandaise a même empêché un détachement militaire de la MONUC d'inspecter des camps militaires dans le Kivu. A moins que l'on nous dise que le progrès signifie cacher les agresseurs pour leur permettre de continuer leurs rapines. Parce que Jean-Marie Guéhenno s'est permis de qualifier la crise congolaise d'une guerre civile quand on sait que c'est une guerre d'agression. Vous réalisez des progrès en Ituri ! Dites-nous lesquels puisque l'armée ougandaise est toujours dans le parage et le rapport de pillage de vos experts nous disent que les agresseurs contrôlent toujours en Ituri leurs scélérats qu'ils ont créés et armés pour maquiller leur agression en guerre civile afin de bien piller. On nous dit que l'on a fait des progrès mais on s'arrange pour cacher la partie la plus scandaleuse du rapport des experts sur le pillage au Congo.Précisez-nous, dans ce cas, desquels progrès s'agit-il?
On nous dit encore que le Conseil a évoqué la possibilité de mettre en place un "mécanisme de surveillance" afin de superviser l'embargo sur les armes, et les membres du Conseil demandent aux Etats membres de donner leur soutien total à l'application effective de l'embargo sur les armes". Mais quel est ce mécanisme ? On ne sait pas savoir si il sera efficace ou pas parce que l'on évite de le décrire. On parle en général sans préciser les choses. Qu'on nous dise comment la MONUC pourra-t-elle voir les armes qui passent du Rwanda et de l'Ouganda au Congo quand elle n'est même pas en mesure de voir des soldats rwandais et ougandais, armés jusqu'aux dents, arrogants et sûrs d'eux au point qu'ils ne se cachent même pas au Congo.
En bon hypocrite, l'ONU parle en général sans donner de précision pour embrouiller les Congolais en évitant l'essentiel : la persistance de la présence rwandaise et ougandaise dans l'est de la RDC. Museveni avait déjà lui-même signalé, selon le rapport de Human Rights Watch sur l'Ituri publié en juillet 2003, que la MONUC, c'est des touristes. Congolais et Congolaises, ne soyez pas naïfs. Analysez les faits pour comprendre ce qui vous arrive pas de belles paroles complètement insensées.