Actualités

 


Qui sommes-
nous?

 

Page Lumumba

 

La Commission économique et financière a revu à la hausse les besoins financiers de la RD Congo

Pour qui et pourquoi veut-on contracter d'autres dettes colossales? (*)

2,3 milliards de dollars us ! c'est le montant présumé des besoins financiers de la RD Congo pour son Programme multisectoriel d'urgence de réhabilitation et de reconstruction (Pmurr). Ce montant a été estimé par la commission économique et financière que préside l'ancien chef rebelle Jean-Pierre Bemba. Le gouvernement de transition avait retenu préalablement la somme plutôt modeste de 1,7 milliard de dollars us pour ce projet. Que cache ce petit jeu de calcul ?

Mani Junior Kisui, Bruxelles le 17 décembre 2003

La commission présidée par l'ancien chef rebelle Jean-Pierre Bemba a jugé insuffisant le montant de 1,7 milliard estimé par le gouvernement. " Il faut prendre en compte les besoins de réunifincation des provinces jadis sous administration des ex-rebelles ", a affirmé le ministre du Budget, Alexis Thambwe Mwamba, à l'issue de la réunion qui s'est tenue jeudi, 12 décembre. Ladite commission a fixé à 2,3 milliards les besoins de la RDC en la matière. Ainsi le ministre MLC a-t-il indiqué que la délégation congolaise va à Paris pour demander 530 millions de dollars us. Alexis Thambwe Mwamba a aussi déclaré que, dans le cadre de la recherche des crédits extérieurs, le gouvernement congolais venait de boucler (le 9 décembre) la campagne de financement des projets contenus dans le " Document de stratégie pour la réduction de la pauvreté " (Dsrp), en obtenant des engagements de l'ordre de 7,2 milliards de dollars sur une demande initiale de 5,8 milliards us.
Quelle performance ! serait-on tenté de dire pour ce gouvernement qui ne compte à peine que 6 petits mois d'activité.
Thambwe Mwamba veut, selon ses propres dires, " sensibiliser aussi bien la Banque mondiale, le Fonds monétaire internantional, le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), l'Union Européenne et les autres bailleurs sur l'importance qu'attache notre pays à la rencontre de la capitale française ". …Des propos qui ferait rêver même le paysan du fin fond de la RDC.
Le ministre MLC du Budget évoque des sommes astronomiques et donne l'impression de se soucier réellement des conditions de vie de ses compatriotes à la grande surprise de ceux qui connaissent parfaitement son parcours politique.
La RDC se trouve sérieusement dans les besoins. Il ne faut même pas en discuter. Mais ne soyons pas mortellement naïfs au point de nous faire prendre deux fois dans le même piège. Alexis Thambwe Mwamba et son patron, Jean Pierre Bemba, courent aujourd'hui derrière des masses d'argent miroitées par l'Occident. En bons mobutistes, ils plaident pour " la reconstruction du Congo et laissent entendre qu'ils sont soucieux des malheurs et des souffrances que connaît le peuple. Les bourreaux d'hier seraient-ils près aujourd'hui à compatir avec leurs victimes ?

Ils veulent s'en remettre pleines les poches
Jean-Pierre Bemba n'a jamais cessé de piller ceux qu'il prétendait libérer dans les provinces de l'Equateur et Orientale. Alexis Thambwe Mwamba est connu pour sa richesse accumulée en lingots d'or en Belgique dans la banque Belgolaise. Ces deux dirigeants du MLC font partie de la grande bourgeoisie compradore congolaise qui s'est enrichie scandaleusement en suçant sans pitié le sang du peuple. C'est cette bourgeoisie qui, sous Mobutu, a endetté jusqu'au cou le peuple congolais. Ce peuple n'a même pas eu le temps de réaliser comment il se retrouve aujourd'hui avec une dette de 10 milliards de dollars us dont il n'a jamais profité, et voilà qu'on cherche à lui faire porter d'autres dettes qui risquent une fois de plus de servir aux extravagances de la bourgeoisie mobutienne.
Aujourd'hui, tous ces messieurs reviennent en anges de Dieu et disent tous vouloir soulager la misère populaire par la mendicité auprès de la haute finance internationale. Ils font semblant d'ignorer que c'est eux qui ont donné diaboliquement une couverture aux agresseurs qui vivent des pillages et des brigandages dans notre pays en imposant une misère inqualifiable à notre peuple.
Il n'y a pas longtemps ils ne cessaient de nous répéter qu'ils géraient les parties qu'ils contrôlaient comme des états. Quand on les associe au pouvoir, ils réclament qu'on leur restitue ce qu'ils avaient acquis frauduleusement sous la deuxième république en passant sous silence les richesses qu'ils ont amassées sur le dos du peuple et qui sont bien protégées à l'étranger. Ils se sont accaparés des recettes des territoires qu'ils géraient et, paradoxalement, ils osent exiger des salaires et des primes faramineuses des caisses de l'ancienne composante gouvernementale pour des missions de service à l'étranger. Et quand on leur demande des comptes, ils répondent que c'est un attentat à l'accord global et inclusif.
Sous prétexte de soulager la misère qu'ils ont fabriquée et généralisée, la bourgeoisie mobutiste veut encore s'enrichir sur le dos de notre peuple en contractant d'autres dettes immenses qui nous étrangleraient et que nous ne saurions pas payer.
Nous aimerions voir cette classe rembourser d'abord ce qu'elle a pris jusqu'ici à notre peuple. Il n'en faut pas plus pour commencer la reconstruction que tous les Congolais attendent d'eux.

(*) Cet article est publié sur le site de notre section belge:
http://www.deboutcongolais.be.tf