Actualités

 


Qui sommes-
nous?

 

Page Lumumba

 

Selon son secrétaire général, le mouvement Maï-Maï va lancer le « Plan Amani »

Par A.N, L'Avenir du 23.01.2004

« Avant la fin du mois en cours, le mouvement Maï-Maï va lancer le « Plan Amani » qui consacrera le retour massif des réfugiés Hutu au Rwanda. Il formulera, à cet effet des propositions d‚assainissement de nouveaux rapports politiques entre les pays de la sous-Région des Grands Lacs. » Tel est l‚information donnée, mercredi 21 janvier, au cours d‚une conférence de presse, dans la commune de Kasa-Vubu, l‚Honorable Marcel Munga, secrétaire général du Mouvement des Maï-Maï Congolais pour la Révolution à l‚Africaine (Mcra).
Entouré de nombreux membres de son parti, M. Munga a indiqué que les résultats ( objectifs) des négociations politiques de Sun City peuvent apparaître comme un leurre aussi longtemps que des puissances dominantes du monde sur la Rdc viseront la déstabilisation du pays, sa balkanisation et le pillage de ses ressources. Pourtant, a-t-il renchéri, l‚impératif absolu et permanent des acteurs de la transition devrait être la recherche de la justice et le respect des droits de l‚homme. Mais hélas !, les droits d‚ingérence que s‚arrogent les puissances dominantes du monde en Rdc, manifestés par un ballet diplomatique traduisant la mondialisation des capitaux, se justifient par l‚hégémonie et l‚imposition de leur volonté au Congo sous couvert de l‚instauration de la démocratie et de la paix dans la sous-région.
Parlant de la situation sécuritaire à l‚est du pays, le secrétaire général du Mcra estime qu‚ « Avant Pretoria = Après Pretoria ». Il justifie ce constat par le fait que les violations des droits de l‚homme au Nord, Sud/Kivu et au Maniema continuent, sans désemparer, au vu et au su de nouvelles autorités militaires y affectées. Qui plus est, les Commandants des régions militaires n‚ont pas une autorité manifeste sur les troupes qui sont, du reste, celles contre lesquelles ils se battaient. Selon lui, l‚échec des autorités militaires dans cette partie du pays provient de l‚opposition due à la présence de mêmes autorités politiques du Rcd encore actifs à l‚Est et comme ailleurs. « Il est tout à fait évident que le Rcd/Goma, le Rcd/Ml et le Rcd/N continuent à soutenir et à entretenir des administrations parallèles dans les territoires qu‚ils occupent encore », a-il affirmé.
Etant donné que les forces Maï-Maï ont lutté contre la balkanisation du pays, contribué à sauver le pouvoir central ( de Kinshasa) et à restauré la dignité du peuple congolais, pourquoi doit-on les démobiliser sans aucun programme cohérent et discuté avec les responsables politiques et militaires dudit mouvement, s‚est-il demandé. Pour le Mcra, la démobilisation concerne toutes les troupes, par proposition bien comprise, qui se sont faites la guerre. Ainsi, il faudra, pour cela, que leurs différents Etats-Majors se rencon,trent pour tirer toutes les conséquences possibles sur la question de démobilisation. M. Munga a déclaré que la démobilisation ne pourrait pas commencer au moment où des troupes rwandaises sont encore sur le territoire congolais. C‚est dans ce cadre que s‚inscrit le « Plan Amani » qui sera lancé avant le 31 janvier 2004. Il s‚agira, en fait, de l‚extraction des Hutu rwandais dans toutes leurs positions d‚occupation.
Le Mcra indexe la Monuc ( Mission des Nations unis en Rdc) en ce qui concerne le retour sélectif des Hutu dans leur pays. Pour avoir échoué à balkaniser politiquement, administrativement, financièrement et militairement la Rdc, le Mcra a indiqué que les commanditaires des désordres passent actuellement par la Monuc. Le mouvement pense que la durée de 12 mois convenue à Pretoria pour se débarrasser des réfugiés rwandais sera gérée pour qu‚en définitive le génocide des Hutu en Rdc devienne une réalité. Il demande que le « trio de la mort », composé de MM. Petters ( Anglais), Thim Red ( Canadien) et Mohamed Ladjuzi ( fonctionnaire international /Goma) quittent le pays. Ce trio, a laissé entendre l‚orateur, est chargé de préparer la tro! isième g uerre en Rdc et planifiée pour début 2005 afin de bloquer la transition et diviser le pays.

 

Présentation de neuf prisonniers rwandais capturés à l'Est de la RDC


"Le Congo a un besoin crucial des nationalistes sérieux"

Dans un interview a vec digitalcongo.net du 11 avril 2003, Ludo Martens fait le point de la situation politique au Congo