Actualités

 


Qui sommes-
nous?

 

Page Lumumba

 

Quelques constatations après un bref séjour au Sud-Kivu et à Kinshasa

Benjamin Munanira, 8 février 2004

Benjamin Munanira est membre des Forces Républiccaines Fédéralistes (FRF) dirigés par Müller Ruhimbika. Ce parti est fortement implantée dans la région d’Uvira entre autres parmis les Banyamulenge et ce parti soutient le commandant Masunzu, un officier Banyamulenge qui a combattu les troupes rwandaises depuis 2002. Nous publions ci-dessous le récit de son voyage ainsi que les constations sur la situation actuelle à Bukavu.

Pendant le mois de novembre, décembre et janvier j’ai fait un voyage à ma terre natale au Sud-Kivu et à Kinshasa. J’ai d’abord participé à une reunion oraganisee a Uvira pour la reconciliation intercommunautaire duSud Sud Kivu du 12au 16 novembre 03 qui avait comme Theme .”Quel est l’avenir pour le sud sud kivu après les Guerres?”
A part ce theme sil y avait trois sous themes.
1.le problematique d’une paix durable.
2.L’encadrement de la population .
3. Le developpement ,le renforcement de la securite a l’Est de la Rdc.


Photo :la reunion d’Uvira

Apres la ceremonie d’ouverture et les modalites pratiques de la reunion, on avait la formé trois groupes qui devaient examiner les problèmes internes au sein de leur communaute. Après deux jours de débat, les groupes sont revenues en séance pleniere pour aborder ,les problemes intercommunautaires. Puis on a adoptés les resolutions communes capable de ramener la paix ,le developpement economique et la securite dans cette region du sud kivu.
Les trois groupes etaient constitues comme suit.
1.Les Bafulelo , Bavira, Barundi
2.Les Babembe , Babwari , Babuyu
3. Les Banyamulenge.

Je ne saurai pas faire ici tout les details des discussions , mais il faut souligner qu’il s’est dégagé une constante au sein de tous les groupes ethnique : après tant d’années de guerres le peuple aspire a la paix, a la reconciliation et la reprise des activites économiques.


Photo: à gauche, Manga Ebonge, envoyé de Dunia à la réunion d'Uvira, à droite, Benjamin Munanira.

Visite sur le terrain et situation actuelle à Bukavu

C’est après cette reunion , que nous sommes descendu sur le terrain afin de s’enquerir de la situation après cinq ans d’absence. Nous avons eu l’occasion de visiter l’unité du col Masunzu à Kirungwa où ce dernier cohabite avec son compatriote de lutte colonel Nakabaka. Ensuite nous sommes allés chez les commandants Bibokoboko et. Nyamushebwa.qui, eux aussi, cohabitent avec leur compatriote en armes le Colonel Dunia.



Photos: des moments de repos lors des voyages à pied entre les différents endroit.


Photo: avec l'unité du commandant Nyamushebwa à Bibokoboko dans la région de Fizi.

Là où nous sommes passer, nous avons eu des entretiens encourageant. Mais il faut un suivi car les évènements à Bukavu de la semaine passée ont démontrés que Kigali continue à organiser des provocations à fin de briser l’unité du peuple congolais retrouvée. La vigilance s’impose.

Nous ne pouvons qu’approuver l’action du colonel Mutebusi, qui en obeisant les ordres de ses supérieurs, le commandant de la region militaire, le general Prosper Nabiola, à confisqués les 65 caisses des munitions et plusieurs armes de différents calibres qui se trouvaient illégalement dans la maison du gouverneur Ciribanya.

La population du Sud-Kivu regarde avec espoir vers les autorités du pouvoir central de Kinshasa pour qu’ils prennent des mesures de mettre hors d’état de nuire le Gouverneur récalcitrant cité dans des combines ténébreuses visant le déclenchement de la troisième guerre à l’Est de la RDC.

Car la situation reste dangéreuse: à côté de la milice du gouverneur qui ont comme officiers les fameux général Bora, le colonel Georges Mirindi mais aussi le major Doris et colonel John. Cette milice s’est vu renforcée avec l’arrivée à Bukavu de Eric Ruhorimbere, un des trois officiers du RCD qui ont refusé d'aller à Kinshasa et qui était en mission privée à Goma. Ce Eric, revenu dare dare à Bukavu, s’est permis de se promener dans la rue de Bukavu comme pour provoquer ceux qui seraient tenter de l'arrêter.

Heureusement les commandants militaires loyaux au gouvernement de transition ont refusés de se laisser provoqués. Le danger existe qui les milices de tous ces officiers s’organisent à fin de commencer des actes terroristes dans les zones militaires 8 et 10 et viseraient des attentats contre les membres de la famille du général Niabolwa et du colonel Mutebusi. Entretemps des gens, motivés par naîvité ou par des intentions mauvais, jouent le jeu de provocation dont Kigali a besoin pour reprendre la guerre: des tracts sont lancés attaquant ”les” banyamulenge qui seraient tous, sous la direction de Ruberwa dans un complot pour organsier la sécession du Kivu.

Ainsi on essait de rompre les liens que les nationalistes des différents communautés se sont noués lors de la guerre de résistance avec le front des banyamulenge sous la direction de Masunzu et les Mai mai des cdts Nakabaka et Dunia. Les liens qui ont été noués aussi lors de la réunion de reconciliation d’Uvira. Et les liens qui sont confirmés par le combat commun des membres de l’armée congolaise, dans ce cas le général Niabolwa et le colonel Mutebusi, pour le respêct de l’ordre et de l’autorité du gouvernement de transition de Kinshasa.

Que les ennemis de la nation congolaise ne se trompent pas: le peuple congolais n’acceptera jamais une troisème guerre. Tous les repsonsables politiques et militaries seront jugés sur leur attitude dans cete question!

A Kinshasa

A la fin de notre tournée nous sommes allés à Kinsahasa pour des rencontres de haut niveau avec surtout les orginaires de l’Est. Nous avons eu un entretien avec le Ministre de l’environement, Anselme ENERUNGA Lors de cet entretien étaient aussi presents le général Sikatende , et le depute Kisubi. Nous avons échangés les informations et nous avons décidé de profiter la présence des commandants Masunzu et Aaron Nyamushebwa à Kinshasa pour organiser une rencontre. Cette réunion fut reportée pour des raisons pratique mais nous étions tous present le 28 décembre lors d’une rencontre chez le general Lwetcha.


photo: avec le cdt Masunzu à Kinshasa


Photo : le cdt Aaron Nyamushebwa à Kinshasa

Conclusion

L’indifference qu’affichent certains compatriotes a l’egard de notre action, reste un danger. Comme si les congolais ne comprennent pas encore qu’un royaume divisé contre soi meme est voué à la dislocation, alors que c’est l’union qui fait la force. Au lieu de nous appuyer ou a défaut de se taire , certains compatriotes nous prêtent des mauvais intentions.

Or.nous ne luttons pas pour nous faire voir , car il n y a aucun plaisir de faire la guerre. Notre combat et notre militantisme c’et pour une justice ,une paix pour tous, pour l’unité et la souveainité de notre pays, contre l’agression par l’alliance de tous les ennemis du people congolais.

La réconciliation des populations de l’est devrait constituer la priorite des priorites du gouvernement car c’est la garantie d’une stabilite politique en RDC. Il n y aura pas de paix et de stabilite durable en RDC sans reconciliation et cohabitation pacifique a travers un dialogue franc et sincere. Les nationalistes ont la tâche d’amener les populations de l’Est a s’accepter comme frères et soeurs.

Pour cela il faudra metre hors d’état de nuire: les provocateurs et les agents des commandaitaires de la guerre d’agression. Notre lutte durera tant que l’injustice n’aura pas été détruite en RDC. Nous sommes prêts pour les sacrifices suprêmes pour cette cause, convaincu qu’il n y a de mort plus redemptrice que celle que l’on peut trouver dans un mouvement qui veut sauver l’âme du peuple , la nation.

Que Dieu benisse le Congo
Que Dieu benisse les Congolais
Que vive la paix en RDC.

Benjamin Munanira, 8 février 2004

 

Présentation de neuf prisonniers rwandais capturés à l'Est de la RDC

 

 

Une marche réclamant le retour de la paix en RDC organisée mercredi le 23 avril 2003 à Kinshasa par Werrason



Réportage avec photos sur digitalcongo.net


"Le Congo a un besoin crucial des nationalistes sérieux"

Dans un interview avec digitalcongo.net du 11 avril 2003, Ludo Martens fait le point de la situation politique au Congo