Accueil
Page P.E. Lumumba
Page P. Mulele
Page L.D. Kabila
Discours de J. Kabila
Crimes du Mobutisme
Briefing Actualité
Synthèse de la semaine
Liens
Communiqués
Qui sommes-nous?
Contact
Actualites internationales
Votre réaction sur ce site

Archive d'articles
Archive des réactions de 2003-2004


Commémoration du 35ème anniversaire de la mort de Pierre Mulele

 

 

 

 

 

 

J. Kabila n’a trahi personne

L'Avenir, 13 février 2004

La visite du Président Joseph Kabila en Belgique, après la guerre qui a déchiré ce pays est considérée comme historique. Non seulement parce qu’au cours de cette visite Joseph Kabila a connu un succès que personne n’attendait – surtout en Belgique – mais aussi parce que le Président congolais a tenu devant le Sénat belge un discours que d’aucuns considèrent comme controversé.

En effet, beaucoup de Congolais ont été choqués d’entendre Joseph Kabila rendre hommage  à « ceux qui avaient cru au rêve de Léopold II ». Ce qui, se dit-on, est un hommage rendu au roi des Belges qui s’était rendu coupable des actes d’atteinte aux droits humains des Congolais.
Au moment où certains Congolais pensent qu’il faut exiger de la Belgique une compensation, le discours du Président congolais est considéré comme une abdication, voire comme une trahison.

De fil en aiguille, certains Congolais voient en cela un camouflet à Patrice-Emery Lumumba qui, 43 ans avant, avait un jugement bien différent de celui que vient tenir Joseph Kabila. Personne ne peut condamner la sainte colère des Congolais. Car, après que la Belgique ait demandé pardon notamment pour son implication dans la mort de Lumumba, le fait que le Congo dise à l’ancienne puissance coloniale qu’elle avait tort de demander pardonparce que les faits pour lesquels ce pays s’était excusée ne serait qu’une œuvre « civilisatrice », donc louable.

Ceux qui se sentent choqués ont tort de faire comme si entre 1960 et 2004 il ne s’est rien passé. Fallait-il que le pardon de la Belgique soit sans effet dans le discours et le comportement  congolais ? Pourquoi doit-on voir en ce discours du Président Kabila une trahison à Lumumba et non comme une façon d’envisager l’histoire des deux peuples autrement que sous le régime Mobutu ?

Ce dernier,  on le sait, contrairement à Joseph Kabila, avait pensé qu’il fallait envisager les relations entre les deux pays dans la conflictualité permanente au point de déboulonner tous les vestiges de la présence belge au Congo. Ce qu’il fallait à Joseph Kabila pour se déterminer, c’est de se mettre à l’écoute de la population congolaise.

En 1960, en disant ce qu’il avait dit de la colonisation, Lumumba avait raison dans ce sens qu’il avait exprimé le sentiment profond des Congolais. En disant ce qu’il a dit devant le Sénat belge en 2004, Joseph Kabila a exprimé ce que les Congolais pensent de la Belgique après 43 ans de scènes de ménage qui n’ont conduit qu’à la perte de temps et d’énergie qu’on aurait utiliser à développer les relations entre les deux pays, à créer pourquoi pas, la fameuse communauté belgo congolaise sur des bases égalitaires.

Car, il y a un temps pour se quereller et un temps pour construire l’avenir. Joseph Kabila aurait tort de baser l’avenir du Congo sur le passé et  ne juger les générations belges actuelles que comme des colons d’hier. En définitive, Joseph Kabila n’a rien enlevé de ce qu’on sait de la colonisation belge, mais il a estimé qu’il fallait désormais regarder devant au lieu d’avoir le regard indéfiniment tourné vers le passé.

En rendant hommage à la Belgique à travers son acte de colonisation, Joseph Kabila n’a pas loué, comme d’aucuns le pensent, hélas à tort, qu’il aurait loué les actes commis par les colons. Penser ainsi, c’est faire croire que la colonisation avait pour but d’opprimer les Congolais.

Quel intérêt il y aurait aujourd’hui de s’appuyer sur ce qui divise en lieu et place de ce qui unir les deux peuples.  On sait qu’il y a des gens en Belgique comme au Congo, qui vivent de la crise entre les deux pays. Il est temps de ne plus faire leur jeu.

L’Avenir