Accueil
Page P.E. Lumumba
Page P. Mulele
Page L.D. Kabila
Discours de J. Kabila
Crimes du Mobutisme
Briefing Actualité
Synthèse de la semaine
Liens
Communiqués
Qui sommes-nous?
Contact
Actualites internationales
Votre réaction sur ce site

Archive d'articles
Archive des réactions de 2003-2004


Commémoration du 35ème anniversaire de la mort de Pierre Mulele

 

 

 

 

 

 

Déclaration politique des parlementaires de la transition

24 février 2004


La déclaration suivante est lue le 24 février au Palais du peuple par l’honorable Mahano. Les parlementaires (Assemblée nationale et Sénat) dénoncent, avec véhémence, le complot ourdi contre la République démocratique du Congo, de connivence avec des pays frontaliers, la situation d’insécurité généralisée qui prévaut à l’Est de la Rdc. Ils stigmatisent le laxisme et la complicité de la Monuc et les déclarations complaisantes de fin des hostilités par le Rcd.

Nous, Honorables Députés et Sénateurs, Membres de l’Assemblée Nationale et du Sénat, issus de l’Accord Global et Inclusif de Sun City ;

Conscients de nos responsabilités devant Dieu et devant l’histoire ;

Résolument engagés sur la voie de la paix, de l’unité nationale, de la réconciliation et de la reconstruction de notre Pays ;

Dénonçons :

1° le complot permanent, ourdi contre notre pays, avec la complicité des pays frontaliers ;

2° la situation d’insécurité généralisée qui prévaut à l’est de notre pays ;

Stigmatisons le laxisme et la complicité de la Mission d’Observation des Nations Unies en République Démocratique du Congo(MONUC) et les déclarations complaisantes de fin des hostilités par le RCD.

Cette situation déplorable se caractérise par les faits suivants :


1. Dans la Province Orientale

- la persistance des troubles en Ituri entretenus par les pays frontaliers entraînant au quotidien le pillage de nos ressources et la mort de nos concitoyens ;

- l’attentat récemment perpétré contre la personne du Général Padiri, Commandant de la 9ème Région militaire à Kisangani, et présenté comme un fait divers ;

- l’existence des caches d’armes dont l’une a été découverte récemment dans les environs de Bunia ;

- l’hospitalité et l’appui accordés aux seigneurs de guerre de l’Ituri par les autorités de Kampala notamment aux Commandants Jérôme KUKWAVU et BOSCO TANGANGA de l’Armée Patriotique Rwandaise, régnant en maîtres absolus à Aru et à Mahagi, entités échappant à tout contrôle du Pouvoir Central et de la MONUC.

2. Dans la Province du Katanga

- le débarquement des armes à Kabimba et dans les environs de Moba, dans le District de Tanganika.

- l’invasion continue des pâturages et collines par des populations rwandaises.


3. Dans la Province du Maniema :

- la présence des troupes rwandaises disséminées dans la foret environnant l’aéroport de Kindu.


4. Dans la province du Nord-Kivu :

- établissement massif des familles rwandaises armées ou accompagnées des militaires de l’APR dans les territoires de Masisi et de Walikale ;

- présence d’une brigade organique lourdement armée dans le territoire de Rutshuru.







5. Dans la Province du Sud-Kivu :

- la découverte des caches d’armes à la Résidence du Gouverneur de Province Xavier CHIRIBANYA.

- Obstruction à l’opération de la recherche d’autres caches d’armes dans la ville de Bukavu, faite par le Colonel MUTEBUTSI, Commandant second de la 10ème Région Militaire qui choisit de mettre en péril la vie de son supérieur hiérarchique, le Général NABIOLWA en favorisant l’occupation de la ville par les troupes rwandaises.

Cette situation d’insécurité a entraîné la mort de quatre gardes rapprochés du Général NABIOLWA, la déportation de six autres vers une destination inconnue et la mise à sac de sa résidence.

Eu égard à ce qui précède, nous recommandons :

1° Au Président de la République, Commandant Suprême des forces Armées de la République Démocratique du Congo, de prendre ses responsabilités en tant que Garant de la Nation ;

2° Au Gouvernement de Transition, d’accélérer le processus de la réunification du pays et de l’intégration effective de l’Armée Nationale ; de sanctionner de manière exemplaire des actes ainsi dénoncés ;

3° Au Rassemblement Congolais pour la Démocratie, hier mouvement politico-militaire, de se démarquer clairement de ses engagements antérieurs et de jouer franc jeu pour l’accomplissement de la paix en République Démocratique du Congo.

4° A la MONUC de ne pas se montrer complice de l’insécurité par la déformation des faits, en favorisant l’infiltration dans le territoire national des hommes armés, en se montrant passif dans le démantèlement des caches d’armes, en fermant les yeux sur les multiples violations des droits de l’homme à l’Est du pays, sur les viols des femmes et de nos filles, en refusant d’utiliser le chapitre 7 de la résolution 1493 de l’Assemblée Générale des Nations Unies pour sécuriser les vies de nos concitoyens.

5° A la Communauté nationale, de rester vigilante et de résister à toute invasion de notre pays.

Fait à Kinshasa, le 24 février 2004.