Accueil
Page P.E. Lumumba
Page P. Mulele
Page L.D. Kabila
Discours de J. Kabila
Crimes du Mobutisme
Briefing Actualité
Synthèse de la semaine
Liens
Communiqués
Qui sommes-nous?
Contact
Actualites internationales
Votre réaction sur ce site

Archive d'articles
Archive des réactions de 2003-2004


Commémoration du 35ème anniversaire de la mort de Pierre Mulele

 

 

 

 

 

 

Message d'indignation et de protestation des populations du Sud-Kivu contre la MONUC, le gouvernement de transition et le RCD-Goma

Lettre ouverte de la part des organisateurs de l'action "ville morte" à Bukavu le 1 et 2 mars, 28 février 2004

Devant la gravité des événements qui émaillent notre Province du Sud Kivu depuis plus de deux mois, et en particulier depuis la nuit du 23 au 24 février courant à la Résidence du Commandant de la 10ème Région Militaire à Bukavu, le Général Prosper NABYOLWA, considérant la façon dont ces événements sont gérés par le gouvernement de transition ainsi que la communauté internationale représentée au Congo par la MONUC,
Nous, populations du Sud-Kivu, dans nos différentes composantes socio-professionnelles, exprimons notre profonde indignation et dénonçons les manoeuvres dilatoires de nature à compromettre l'avenir de notre pays en général et la province du Sud-Kivu en particulier. Nous regrettons de devoir faire les constats amers suivants :

1. des armes ont été trouvées dans des maisons d'habitation des sujets congolais et rwandais à Bukavu, tous appartenant au RCD-Goma, dans l'intention de déstabiliser notre pays le Congo par l'est, comme ce fut en 1996 et en 1998 par les mêmes acteurs. Nous attendions que les responsables du RCD, qui participent aux institutions nationales de transition à Kinshasa réagissent contre les actes barbares de leurs lieutenants à Bukavu en les interpellant, ils ne l'ont pas fait. Nous avons compris que les responsables de ce mouvement sont en train de jouer un double jeu et trompent ainsi le Peuple Congolais, après l'avoir humilié pendant 8 ans par des guerres par procuration.
Nous rappelons que 4 millions de Congolais ont été tués durant cette période, et une grande partie de ce génocide se trouve sur le dos du RCD, qui en répondra tôt ou tard devant l'Histoire.

2. Certains individus du RCD chez qui on a trouvé des caches d'armes ont fui au Rwanda, d'autres à Goma, d'autres encore sont à Bukavu, libres et sereins ! L'un d'eux, le Major Kasongo qui a été transféré à Kinshasa par le Commandant de la 10ème Région Militaire, le Général Prosper NABYOLWA, est rentré triomphalement à Bukavu, pendant que celui qui l'avait transféré, après avoir échappé miraculeusement à une attaque nocturne menée par son second, un membre du RCD, se trouve en fuite et poursuivi pour avoir posé un acte loyal et patriotique ! Nous exprimons notre profonde indignation quant à cette façon trop complaisante et compromettante de faire. Le Général se trouve aujourd'hui humilié, traqué comme un rat et considéré par les ennemis de notre pays comme ayant mal accompli son travail, lui qui voulait défendre l'intégrité du territoire national et incarnait les espoirs d'un peuplé humilié.

3. En envoyant le Général NABYOLWA à Bukavu, délibérément sans logistique militaire, avec des collaborateurs insoumis car obéissant à d'autres ordres que les siens, l'intention était claire, celle de le livrer à l'ennemi. En libérant monsieur KASONGO, sous les menaces du RCD, le gouvernement de transition a commis une erreur historique qui le poursuivra. Par cet acte, les populations du Sud-Kivu se sont senties vendues et trahies. L'on a préféré sacrifier l'avenir de tout un peuple ( en contrepartie de quoi ) pour un individu et son mouvement. Les gens du RCD ont une fois de plus montré qu'ils ne sont pas allés à Kinshasa pour travailler et construire. Ils n'ont pas compris qu'ils doivent désormais se dépasser pour l'intérêt suprême de la nation. Par ailleurs, le fait de céder aux caprices des responsables du RCD a réellement entamé la confiance du peuple congolais du Sud-Kivu envers le Président de la République.

4. C'est depuis l'événement BORA à Kisangani que plusieurs organisations sociales ont révélé à la MONUC la présence des caches d'armes ici et là dans des maisons des membres du RCD. MONUC a toujours exigé des preuves ! Elle qui est venue observer, elle est paradoxalement la seule à ne pas voir ce que tout le monde voit, alors que c'est elle qui devait voir plus que tout le monde ! La MONUC était parfaitement au courant que quelque chose de louche allait se passer la nuit du 23 au 24 février à la résidence du Général NABYOLWA, et n'a pris aucune disposition pour le protéger. Cette nuit même, elle a déplacé une délégation gouvernementale conduite par monsieur Alexis TAMBWE pour la mettre à l'abri, à l'emmenant de l'hôtel Orchides à Amsar(18 km de la ville).
Depuis le 03 février, c'est la MONUC qui patrouille la ville de Bukavu toutes les nuits. Mais la nuit où le Général a été attaqué, la MONUC n'a pas fait sa patrouille. Est-ce un fait de pur hasard ? De sources fiables ont révélé que trois camions pleins de militaires et de munitions en provenance du Rwanda ont traversé vers 23 h et certains sont rentrés au Rwanda vers 3 h du matin. Ce sont ces militaires rwandais qui, conduits par le Commandant second de la 10ème région militaire, le colonel Jules MUTEBUSI, qui ont attaqué le Général NABYOLWA en plein sommeil. Nous avons encore vu quelques uns sur les carrefours de la ville de Bukavu jusqu'à 10 h du matin le mardi, 24 février. La MONUC affirme sans scrupule n'avoir vu ni leur arrivée ni leur retour.

Malgré les appels incessants des habitants de la ville, la MONUC n'a pas réagi pour constater l'attaque contre le Général. Elle ne se présentera que longtemps après. Au lieu de dénoncer cette mutinerie du Commandant second contre son chef hiérarchique, la MONUC s'est mise à proférer des injures à l'encontre du Général. Comment pouvons-nous comprendre cette attitude ? Rappelons que bien avant, le Général avait déjà fait l'objet de 2 attentats perpétrés par les officiers du RCD à Bukavu, mécontents des opérations du Général de démanteler les caches d'armes. La MONUC n'a jamais dénoncé ces actes ! La MONUC a trahi le Général NABYOLWA et sacrifié le peuple congolais. Est-il encore possible d'avoir confiance à la MONUC ?

De tout ce qui précède, nous, populations congolaises du Sud-Kivu, nous déclarons et recommandons ce qui suit :

1. nous mettons en garde la communauté internationale représentée au Congo par la MONUC, le gouvernement de transition et le RCD-Goma. Nous les tenons déjà et les tiendrons pour responsables de tout ce qui pourrait arriver au Général Prosper NABYOLWA et au Congo ;

2. nous décrétons un arrêt d'activités à Bukavu, pendant 2 jours (lundi,1er et mardi,02 mars 2004) pour toutes les organisations socio-professionnelles)

3. écoles, universités, églises, taxis,...) pour protester contre la MONUC, le gouvernement de transition et le RCD ;

4. nous demandons à tous les membres de la Société Civile du Kivu( et ceux d'autres provinces du Congo qui sont conscients du danger dans lequel se trouve actuellement notre pays) qui se trouvent dans les institutions de la transition à Kinshasa, de suspendre leur participation pendant deux jours pour protester contre cette trahison de la part du RCD-Goma, qui continue de prendre toute la Nation Congolaise en otage au profit des ennemis extérieurs et en refusant de s'impliquer dans la logique de l'Accord Global et Inclusif ainsi que de s'immiscer dans des questions militaires ;

5. nous condamnons la mutinerie organisée par le Commandant second, le Colonel Jules MUTEBUSI, issu de la composante RCD, contre son chef hiérarchique, et exigeons que ce denier soit arrêté et jugé selon la loi martiale ;

6. nous exigeons que le Général Prosper NABYOLWA dont l'honneur et la dignité ont été entachés, pour avoir posé des actes loyaux et patriotiques de démanteler les caches d'armes chez des sujets du RCD à Bukavu, soit réhabilité dans sa fonction de Commandant de la 10ème Région Militaire au Sud-Kivu. Par ailleurs, nous demandons qu'il soit élevé au grade supérieur pour sa loyauté, sa bravoure et sa fidélité à la Nation.

7. nous exigeons que le gouvernement de transition mette des troupes à la disposition du Général Prosper NABYOLWA ainsi qu'une logistique nécessaire pour bien assurer son service à la Nation ;

8. nous exigeons que les résolutions de l'Accord Global Inclusif soient intégralement appliquées et respectées par tous, et que les Cadres Territoriaux soient nommés sans tarder .
Mais nous n'accepterons jamais d'être dirigés au Sud-Kivu par des gens qui sont en train de compromettre l'avenir de notre pays puisque étant au service des ennemis de notre patrie ;

9. demandons au gouvernement de transition de réintroduire à la Cour Internationale de la Haye la plainte contre le Rwanda et l'Ouganda pour génocide commis au Congo de 4 millions de Congolais, pour crime contre l'humanité par le Sida et les viols, et pour pillage systématique des ressources naturelles de la RDC ainsi que pour tentative récidive de déstabilisation de la République Démocratique du Congo.

Pour le Bien Suprême et l'avenir de tout le Peuple Congolais,
Les populations du Sud-Kivu

KWETU KWENU ASSOCIATION. Association qui sert de liaison entre l'Est de la RDC et le reste du Monde. Cette association a pris naissance à Nairobi-Kenya en Août 1998 dans le but de dénoncer les crimes commis par les rebelles du RCD-Goma dans les territoires de l'EST du CONGO.