Accueil
Page P.E. Lumumba
Page P. Mulele
Page L.D. Kabila
Discours de J. Kabila
Crimes du Mobutisme
Briefing Actualité
Synthèse de la semaine
Liens
Communiqués
Qui sommes-nous?
Contact
Actualites internationales
Votre réaction sur ce site

Archive d'articles
Archive des réactions de 2003-2004


Commémoration du 35ème anniversaire de la mort de Pierre Mulele

 

 

 

 

 

 

La transition non-conflictuelle ne peut pas tout justifier

Par A.R. Lokongo, 8 .03. 2004

Le peuple Congolais sous la houlette de son Chef de l’État, le Général Major Joseph Kabila, qui, ayant fait des concessions mêmes les plus humiliantes pour sauver l’essentiel - c’est à dire, l’intégrité territoriale de notre pays et notre souverainété nationale – ne peuvent que se rejouir du fait que la paix, l’intégrité de notre territoire et notre souverainété nationale se consolident le jour au jour.

Ce qui rend injustifiables les actes de certaines personnes bien connues, et toujours acquises à la cause ou à la solde de la coalition anglo-américano-rwando-burundaise, responsable d’un genocide de plus 5 millions de Congolais et le pillage systematique de nos richesses naturelles et minerals (reference aux troubles à l’Est du pays, en Ituri et au Sud-Kivu, spécifiquement à Bukavu (voir deboutcongolais.info du 27.02.2004 – 2.03.2004). La transition même si elle est voulue non-conflictuelle, n’incarne pas l’impunité!

Pour le Président de la République, “ce qui s’est passé à Bukavu est une question de la discipline au sein de l’armée. Et que les politiques qui interfèrent dans l’armée, un jour, auront des bras coupés,” a-t-il promis dans une interview qu’il a accordée à la Radio onusienne Okapi le mercredi 03 mars 2004. C’est pour dire qu’une transition non-conflictuelle ne peut pas tout justifier!

Pendant ce temps, Museveni veut rehabiliter les infrastructure férroviaires de son pays pour biens les lier avec l’Est du Congo (et pourtant, il n’y a prétendument pas de liaison aériènne entre le Congo et l’Ouganda pour le moment), ce qui sous-entend que le pillage par procuration tout comme les massacres des populations se porteront bien à l’Est du pays.

Il n’y a pas d’illusion làs-dessus. Museveni a une armée privée composée de 10,000 hommes entretenue par certains pays donateurs occidentaux, et qu’il utilise pour ses propres fins au Congo. D’ici peu une Force d’Intervention Rapide composées des hommes venus des pays de l’Afrique de l’Est (Ouganda, Kenya, Tanzanie, Rwanda, Burundi, Ethiopie, Eritrée, Somalie…) sera mise sur pied, financée par les Américains, et ayant pour mission d’intervenir rapidement dans les zones chaudes de la région pour “etouffer les conflicts” (entre autre en Republique Démocratique du Congo évidemment?).

Les Rwandais quant à eux se sont établis au Congo, et il sera très difficile de les éradiquer. Pendant les derniers événements survenus à Bukavu, le Rwanda a prétendument fermé sa fontrière avec le Congo – si frontière selon Kagame il y en a - et pourtant les troupes rwandaises entraient au Congo par le Lac Tanganyika. Il n’y a pas longtemps, le quotidien Kinois L’Avenir a publié “la liste des positions stratégiques occupées par des soldats rwandais dans la province Orientale” dans son edition du 13.09.2003.

Des infiltrations d’une telle envergure sont aussi signalées au Nord Kivu, au Sud Kivu, au Maniema et au Nord Katanga, des Rwandais qui se livrent aux pillages, voles et violes des femmes Congolaises de l’Est qui en souffrent tant.
La Référence Plus quant à elle, a tiré la sonnette d’alarme sur la menace sur la paix au Bas-Uélé, toujours en Province Orientale, envahi par des éleveurs tchadiens, camerounais, ougandais et soudanais!

Pour le Chef de l’État Congolais, il ne peut ni confirmer ni infirmer la présence des troupes rwandaises en RDC.
“Je peux dire seulement que lorsque les troupes rwandaises étaient présentes, la résistance était telle qu’elles ont quitté notre territoire. Et si les troupes rwandaises sont là, la résistance devra les faire partir comme il y a quelque temps. A l’état actuel des choses, je ne peux pas affirmer si les troupes rwandaises sont là ou pas. L’essentiel c’est de les faire partir si elles sont là,” a déclaré le Général Major Joseph Kabila à la Radio Okapi.

Le Président de la République a absolument raison. La République Démocratique du Congo a une souverainété à protéger.

La guerre d’agression s’est auto-financée à partir des richesses du Congo et Kagame l’a publiquement admi. Les Congolais doivent donc payer le prix du génocide de 1994 et pour la sécurité du Rwanda comme les Palestiniens en payent pour le génocide commi contre les juifs par les Nazis.

Kagame est responsable de crimes contre l’humanité au Rwanda tout comme au Congo. S’il va échapper, c’est parcequ’il est l’arbre qui cache la forêt! Nous le savons.
Il a appélé les Congolais et il continue de les traiter comme des “IBICUCU”, ce qui signifie litérallemnt en Kinyarwanda “GENS SANS IMPORTANCE” ou “IDIOTS” (Voir Collette Braeckman dans Les Nouveaux Prédateurs, p.235). Que les Congolais qui sont à la solde de Kagame se mouchent eux-mêmes!

C’est exactement la même propagande, les mêmes insultes qui ont precédées le génocide de 1994 et le génocide commi contre les juifs par les Nazis pendant la Deuxième Guerre Mondiale. Si Kagame estime que les Congolais sont des gens sans importance, il devient facile pour lui de les massacrer sans scrupules surtout quand tous les moyens sont mis à sa disposition par les États-Unis et la Grande Bretagne, ces impérialistes qui distribuent gratuitement les bibles en Afrique pour en faire des fanatiques. Mais jamais les secrets de la technologie moderne sur lesquels sont basées leur puissance et dominance.

Toujours dans Les Nouveaux Prédateurs, p.236, Colette Breackman cite un quotidien Rwandais The New Times (23.01.2002) qui n’hesistait pas à écrire que “les Congolais manquent d’esprit révolutionaire". Ce journal ne connait pas vraiment le Congo des Baoni, de Kimpa Vita, de Simon Kimbangu, de Patrice Lumumba, de Pierre Mulele, de Laurent Désiré Kabila, des Mai-Mai, et des hommes forts, ces jeunes des quartiers rouges Kinois de Masina et de N’Djili, qui mains nues, ont ont sauvé Kinshasa de tomber sous l’esclavage en 1998. Le journal rwandais continue: "Ils ont tendance à penser que d’autres doivent diriger pendant qu’eux mêmes sont assis, mangent, dansent et quoi encore…[…] Le cocon dans lequel ils ont vécu a été brisé et, à ce stade, ils doivent choisir quel serait le meilleur tuteur à même de les aider.”

C’est ridicule! Le Congo sous la tutelle de qui? C’est inacceptable. C’est une honte pour les Congolais qui doivent, comme l’a declaré le Chef de l’État, "résister et surtout qu’ils ne doivent pas baisser les bras face aux Rwandais. La population doit avoir de l’endurance digne de résistance. La population doit aussi savoir que la paix commence à venir et tout est fait pour que la paix revienne. C’est ce que fait le gouvernement. La délégation d’officiers supérieurs séjourne à Bukavu. Au terme de sa mission, elle déposera un rapport d’enquête sur tout ce qui s’est passé. Et des mesures seront prises pour empêcher qu’un aventurier puisse se réveiller un matin et poser des actes contraire à la discipline militaire. La population doit se sentir sécurisée et nous sommes là pour elle, pour que les choses aillent mieux.”

Et le Congo veut bien renouer avec la communauté internationale, mais pas pour consentir plus des dettes, obtenir la suppression d'une partie d'autres dettes pour finalement nous laisser endettés jusqu'au coup!