Accueil
Page P.E. Lumumba
Page P. Mulele
Page L.D. Kabila
Discours de J. Kabila
Crimes du Mobutisme
Briefing Actualité
Synthèse de la semaine
Liens
Communiqués
Qui sommes-nous?
Contact
Actualites internationales
Votre réaction sur ce site

Archive d'articles
Archive des réactions de 2003-2004


Commémoration du 35ème anniversaire de la mort de Pierre Mulele

 

 

 

 

 

 

Opération “Pentecôte” a décidément été avortée?

Il semble que le coup d’Etat annoncé il y a quelques jours a été avortée: l’attaque contre 4 bases militaires à Kinshasa a été défaite et la moitié des terroristes ontété arrêtés. Le président Joseph Kabila, d'autre part, a annoncé la continuation de la transition aporès avoir appeler à la vigilance.

Leonard Kasimba, 29 mars 2004

Le président de la République démocratique du Congo (RDC), Joseph Kabila, a lancé dimanche soir à la télévision nationale un "appel à la vigilance" après les attaques dont quatre sites militaires de Kinshasa ont été la cible dans la nuit de samedi à dimanche.

La question que tout le monde se pose est de savoir qui serait le vrai commanditaire de ce coup raté? Selon le journal l'Observateur, la fameuse chaîne de télévision américaine, CNN aurait fait un lien entre cette opération et le vice-président Bemba. Il est vrai que ce n'est pas sur base des phrases lâchées par un journaliste de CNN, que l'on pourra accuser Bemba. Espérons que l'enquête annoncée par les autorités pourra démasquer les coupables et éviter qu'ils peuvent continuer à empêcher la continuation de la transition.

Effectivement selon des observateurs il serait possible que cette attaque ne serait qu’une première vague qui aurait alors comme but de tester les forces militaires loyales au peuple congolais. Dans ce cas une deuxième attaque serait théoriquement possible. Mais vu la fermeté de l’armée congolaise et de la police d’intervention rapide, il est probable que les ennemis tireront leurs conclusions.

D'autres disent plutôt que le but des terroristes était de créer le chaos à Kinshasa pour permettre une opération militaire plus importante qui devrait alors casser le dos aux nationalistes à Kinshasa.

Le général-major Joseph Kabila a déclaré lors de son intervention à la télévision qu’il a réuni ses quatre vice-présidents, ainsi que le commandement de l'état-major général de l'armée et de la police pour faire le point de la situation et prendre les mesures "qui s'imposent à l'endroit des terroristes". Il a ajouté que les forces armées ont reçu des "instructions précises" pour la protection des populations. Il a appelé ses compatriotes à "vaquer à leurs occupations habituelles" et a déclaré avoir apprécié "l'apport des populations dans la découverte des caches d'armes dans la ville de Kinshasa".

Les propagandistes hostiles au peuple congolais annoncaient hier que “la transition ne se rendra pas aux élections”. Le Soft du mobutiste-kagamiste Kinkeyi Mulumba , quant à lui, parle d’une “mutinerie” contre “un gouvernement pléthorique qui n'arrive pas à se mettre d’accord sur la poursuite du processus de normalisation du pays”. Ce journal trahit ses rêves en parlant du Président Joseph Kabila dans le temps passé.

Ainsi sont formulés les défis que les ennemis lancent au peuple congolais. Après avoir imposé un accord que certains qualifient aujourd’hui d' “impossible”, on parle maintenant de rendre cet accord encore plus impossible en imposant un premier ministre à Kinshasa. Cela deviendra alors la formule 1 + 4 + 1.

Les mobutistes, pour leur part, annoncent même par la bouche du journal de Kinkeyi qu’ils veulent une deuxième édition de la conférence nationale souveraine. Ainsi ils expriment leur haine et leur peur pour la démocratie pour le peuple.

Les vraies questions qui se posent aujourd’hui sont les suivantes: qui a peur des élections? Qui veut coûte que coûte que la transition serait éternelle en RDC? Qui veut tout faire pour éviter que le peuple s’exprime?