Accueil
Page P.E. Lumumba
Page P. Mulele
Page L.D. Kabila
Discours de J. Kabila
Crimes du Mobutisme
Briefing Actualité
Synthèse de la semaine
Liens
Communiqués
Qui sommes-nous?
Contact
Actualites internationales
Votre réaction sur ce site

Archive d'articles
Archive des réactions de 2003-2004


Commémoration du 35ème anniversaire de la mort de Pierre Mulele

 

 

 

 

 

 

Kagame tue, la MONUC mène des enquêtes fantaisistes

Par A.R. Lokongo,14.04.2004

Le régime monoéthnique Tutsi en place à Kigali et la Monuc (la Mission des Nations Unies au Congo) doivent avoir signé un pacte d’alliance. Les derniers événements en date le prouvent bien.

Il y a eu d’abord ce massacre de 25 Congolais à Lukweti au nord-ouest de Goma, les uns brulés vivants dans leurs maisons, les autres tués à l’arme blanche et ensevelis dans un charnier, un massacre commis par les troupes rwandaises armées jusqu’aux dents et leurs laquains du RCD au début du mois de mars denier – selon l’Agence Reuters.

Ce n’est qu’au milieu du mois d’Avril que la Monuc a fait état d’un massacre à l’est du Congo et a commnecer à mener des «enquêtes». La MONUC se fait donc sciemment complice des massacres commis par les troupes rwandaises et leurs laquais du RCD à l’est de la République Démocratique du Congo.

C’est la même Monuc qui jure par le ciel qu’il n’y a plus un seul soldat rwandais sur le sol congolais. Et pourtant c’est exactement sur la piste menant de Lukweti à Goma, que Colette Braeckman, envoyée spéciale du quotidien belge Le Soir a fait état le 13 avril 2004 de la présence des troupes rwandaises armées jusqu’aux dents.

Paul Kagame qui effectue une visite de dix jours aux États-Unis a fait d’une seule pierre deux coups. En massacrant les Congolais et en évoquant une attaque fantaisiste des Interahamwe contre une contrée au Rwanda, il veut bien prouver à ses amis Américains que l’est du Congo réprésente bien encore un danger pour le Rwanda, dix ans après le génocide de 1994 - la même partie du Congo qu’il occupe il y a à peine six ans. Paul Kagame doit avoir ses Interahamwe à lui qu’il utilise comme chiens de guerre et comme fond de commerce.

Heureusement, la mission assignée à Kagame et à Museveni par les superpuissances bien connues est mise en nue. Il s’agit de décimer la population de l’est du Congo pour y deverser les populations rwandaises et ougandaises, leur procurer des terres fertiles et riches en paturages, en resources naturelles et minérales; non seulement à eux, mais aussi à des fermiers blancs chassés du Zimbabwe, et bientôt de la Namibie et de l’Afrique du Sud, voire même à certains Israéliens Sionistes qui seront contrés de quitter les territoires occupés palestiniens.).

Colette Braeckman le souligne bien dans son livre Les Nouveaux Prédateurs paru chez Fayard (notons que la visite de Paul Kagame aux États-Unis coincide avec celle qu’effectue le prémier ministre Israélien Ariel Sharon, les deux, partant de leurs profiles ont du sang sur leurs mains).

Pour avoir dit «NON» à ce projet macabre ci-evoqué, Mzee Laurent Désiré Kabila a été abbatu et les menaces pèsent sur son successeur le Général Major Joseph Kabila qui dit aussi «NON» à ce même projet macabre.

Le peuple Congolais en lutte n’est donc pas surpris que l’anciènne crasse politique, ce panier de crabes, comme le disait Mzee Laurent Désiré Kabila, cette race de vipères sans scrupules, multiplie des subterfuges pour eviter d’aller aux élections tel que prevu par les accords qu’elle a, elle même signés (elle se fait une mauvaise conscience à cause des crimes contre l’humanité commis par certains de ses membres), et pour reprendre le pouvoir par la force et puis revendre le Congo. En dépit des coups et des contre-coups, le peuple Congolais ne laissera pas faire.