Accueil
Page P.E. Lumumba
Page P. Mulele
Page L.D. Kabila
Discours de J. Kabila
Crimes du Mobutisme
Briefing Actualité
Synthèse de la semaine
Liens
Communiqués
Qui sommes-nous?
Contact
Actualites internationales
Votre réaction sur ce site

Archive d'articles
Archive des réactions de 2003-2004


Commémoration du 35ème anniversaire de la mort de Pierre Mulele

 

 

 

 

 

 

Manifestation au cœur de la capitale européenne

Les étudiants congolais réclament le retour de la paix dans leur pays

Reportage réalisé par Georges Alves
Bruxelles, 25 avril 2004

Près de 250 manifestants sont descendus dans les rues de Bruxelles, samedi, 24 avril, pour réclamer le retour de la paix en République Démocratique du Congo.

La manif initiée conjointement par un groupe d’étudiants congolais de l’ULB (université libre de Bruxelles), d’UCL (université catholique de Louvain) et un certain nombre d’étudiants de hautes écoles de Bruxelles est partie du quartier Matonge, à la hauteur de la galerie d’Ixelles sur la chassée de Wavre, vers 15H30, pour se diriger à l’ambassade du Congo.
« Nous sommes venus exprimer notre ras-le-bol face à cette volonté de la communauté internationale et de certains politiciens du gouvernement de transition qui refusent le retour à la normalité dans notre pays », a déclaré Arlette, une étudiante de l’UCL.
« Je suis en Belgique depuis 16 ans, je ne sais pas retourner chez-moi malgré mes diplômes et ici personne ne veut me donner du travail ! », a affirmé un autre étudiant qui a préféré garder l’anonymat.
Les étudiants congolais ne se sont pas fait prier pour dénoncer l’attitude de la communauté internationale qui, selon un bon nombre d’entre eux, constitue une entrave à un retour à la normalité dans leur pays. En effet, pour ces jeunes congolais, la paix est loin d’être acquise malgré la signature de l’accord de Pretoria et la mise sur pieds d’un « gouvernement de transition », depuis le 30 juin 2003.
Le tract (lire le tract des organisateurs) qu’ils ont largement diffusé parmi les manifestants et qui appelle les Africains à « lutter contre l’impérialisme et le néo-colonialisme » explique bien l’ambiguïté de la situation en RDC. Le document appelle également à « l’unité indispensable de tous les africains dans ce contexte de mondialisation largement défavorable aux pays en voie de développement ».
Les étudiants congolais qui se demandent à qui profite finalement les crimes de guerre commis dans leur pays, tentent néanmoins de rassurer l’Occident en affirmant : « la construction [du nouvel] Etat congolais est organisée sur base du modèle occidental ». Un message qui ressemble bien à un appel du pied comme pour dire au maître occidental qu’il ne doit pas s’inquiéter de voir la paix revenir en RDC, car le modèle congolais restera celui qu’il voudra bien voir.


Le rassemblement s’est déroulé dans une ambiance bon enfant ponctuée aux rythmes de tam-tam et soutenue par la chansonnette. La foule est arrivée après un peu plus d’une heure de marche devant l’immeuble de l’ambassade. L’équipe des organisateurs s’est présentée à M. Kasongo, le Chargé d’Affaire faisant actuellement fonction de l’Ambassadeur, à qui ils ont transmis leur message au gouvernement de transition. Vers 18 heures, les manifestants se sont dispersés sans doute satisfaits d’avoir dit leur ras-le-bol à qui voulait bien les entendre …
________
Le tract diffusé par les organisateurs

Pour la Paix en RDC
Ce conflit nous concerne tous
Occidentaux :
Car la construction de l’Etat congolais est organisée sur la base du modèle occidental. Et, d’autre part, ce conflit est devenu la guerre des minerais. Il faut se demander qui utilise le coltan, le cobalt ou l’uranium ? Et à qui profite le crime ?
Africains :
Car, pour avoir du poids et lutter efficacement contre l’impérialisme et le néo-colonialisme, l’unité de tous les Africains et indispensable. Dans ce contexte de mondialisation largement défavorable aux pays en voie de développement, seul la paix et la stabilité peuvent relancer l’économie.
____________