Accueil
Page P.E. Lumumba
Page P. Mulele
Page L.D. Kabila
Discours de J. Kabila
Crimes du Mobutisme
Briefing Actualité
Synthèse de la semaine
Liens
Communiqués
Qui sommes-nous?
Contact
Actualites internationales
Votre réaction sur ce site

Archive d'articles
Archive des réactions de 2003-2004


Commémoration du 35ème anniversaire de la mort de Pierre Mulele

 

 

 

 

 

 

Mulele Pierre (*)

Sur des pentes abruptes de notre route
quand tu poussais ton cri aigü, mains déliées
depuis le Kwilu, alors que tout dormait au Congo,
quel éveil fut dit, redit?
Ce déploiement de pas de marche sur des braises semées aux campagnes du Congo,
personne n'y pensait...
Mais d'un seul vouloir indvis tu montras des balisages au large des nuits...
Mais d'un seul tenant tu réunissais des pas dispersés au large des nuits, pour un seul et même terme.
Mais que n'as-tu fait, homme vêtu de nuit
toi qui n'annonçait point,
toi qui fus homme des temps nouveaux
et homme de l'ère nouvelle,
toi qui d'un seul geste réalisais ce qui pour d'autres était présage :
le Congo en marche requalifié,
torpeur secouée parmi des ronces et des rances
des grandes hérésies de l'Histoire, et parmi des fanges du faire, et des éclipses du dire...
On oublia Mulele pendant quelques temps ton projet
aux crépuscules des cités avariées d'Afrique...
Et n'étaient les bûches mal allumées des vandales nouveaux du monde ancien
tu remettrais avec bonheur l'homme entre les mains de l'homme au Congo
quand l'ère du renouveau
eut renouvelé les rêves des hommes au siècle de l'atome...
Mais demain Mulele,
demain ta voix reconnue, d'autres tâcherons de l'Histoire et du Congo,
fidèles à ton cri, reprendront la marche où tu la laissas
sur des pentes abruptes de notre route
quand tu poussas ton cri aigü, mains déliées depuis le Kwilu, alors que tout dormait au Congo où l'éveil fut dit
et redit!...

(*) ce poème est tiré du receuil "Les Amarres rompues" par François - Médard MAYENGO KULONDA - T.M.