Accueil
Page P.E. Lumumba
Page P. Mulele
Page L.D. Kabila
Discours de J. Kabila
Crimes du Mobutisme
Briefing Actualité
Synthèse de la semaine
Liens
Communiqués
Qui sommes-nous?
Contact
Actualites internationales
Votre réaction sur ce site

Archive d'articles
Archive des réactions de 2003-2004


Commémoration du 35ème anniversaire de la mort de Pierre Mulele

 

 

 

 

 

 

Pour une paix durable dans la region des grands lacs, la balle est mainteant au camp de Museveni et de Kagame

Par A.R. Lokongo, 23.06.2004

Maintenant que les deux génocidaires Laurent Nkundabatware et Jules Mutebusi ont fui en Ouganda (selon la BBC, ce que Museveni a nié et a ménacé Nkunda d'arrestation s'il franchissait la frontière Ougandaise) et au Rwanda respectivement, désormais, c’est en Ouganda et au Rwanda qu’il faut faire la chasse à ces Interahamwe Congolais. S’il ménacent la sécurité de la RDC à partir du territoire Rwandais et Ougandais faute de l’application du mandat d’arrêt internationale pour qu’ils soient extradés au Congo et y être jugés et punis selon les lois Congolaises, alors le Congo peut pleinement user de son droit de poursuite de ces criminels en territoire Rwandais et Ougandais. Ce qui préoccupe les États-Unis et la Grande Bretagne, parrains des soit-disants chef rebelles au Congo ainsi que de Museveni et de Kagame. Ils ont déjà dépêché des emissaries «pour sauver la paix» non pas à Kigali ou à Kampala, mais à Kinshasa, victime de leur aggression!
Entre le Congo et ses trois pétits pays voisins de l’est (le Rwanda, l’Ouganda et le Burundi), il y a beaucoup de litiges, surtout des litigés causées par l’agression anglo-américano-rwando-ougando-burundaise de 1998, à la suite de laquelle 5 millions de Congolais viennent d’être massacrés ˆ c’est un veritable génocide ˆ et les richesses du Congo systematiquement pillées.
Le Congo n’attend pas faire la guerre à ces pays là, sauf si les comptes ne sont pas réglés au niveau de la Cour Internationale de justice. Les dégats qu’ils ont causé au Congo sont énormes et les Congolais massacrés et désabusés ne doivent pas rester comme les laissés pour compte. Mais non, sauf si on veut nous dire que le peuple Congolais est le seul peuple au monde à qui les droits de l’homme et la justice ne s’appliquent pas.
Si le Congo est mis devant un fait accompli, c’est à ce moment que «la guerre sera raménée d’où elle est venue». Le peuple congolais a déjà montré qu'il forme une grande nation qui veut coûte que coûte garder son unité et défendre sa souverainité et l'intégrité de son territoire. Ce qui demande un leadership responsable au Congo. Car au niveau de l’intérieur, il y a aussi beaucoup de litiges à régler, dépuis le premier coup d’état de Mobutu, par conséquent l’assassinat combien sauvage de Patrice Lumumba; en passant par l’agression du 2 août 1998, facilité par la complicité des Congolais et Rwando-Congolais bien connus, et par conséquent l’assassinat combien ignoble de Mzee Laurent Désiré Kabila; jusqu’à ce jour ( deux tentatives de coup d’états ratés, une tentative d’assassinat du Président Joseph Kabila par un mercénaire étranger, Hubert Olange, à la solde de Bemba, et la re-invasion récente de l’est du Congo par les troupes Rwandaises avec la complicité de la MONUC et des Banyamulenge Laurent Nkundabatware et Jules Mutebusi).
Nous sommes infiltrés à tous les niveaux par les Rwandais, ce qui risque de perturber les élections. Notre armée et notre police font de plus en plus preuve d’efficacité. Tous ces infiltrés Rwandais à l’intérieur du Congo doivent donc être répérés, capturés et répatriés chez eux avant qu’il ne soit trop tard. A bon entendeur, salut!