Accueil
Page P.E. Lumumba
Page P. Mulele
Page L.D. Kabila
Discours de J. Kabila
Crimes du Mobutisme
Briefing Actualité
Synthèse de la semaine
Liens
Communiqués
Qui sommes-nous?
Contact
Actualites internationales
Votre réaction sur ce site

Archive d'articles
Archive des réactions de 2003-2004


Commémoration du 35ème anniversaire de la mort de Pierre Mulele

 

 

 

 

 

 

Appel urgent au peuple congolais

Par Antoine Roger Lokongo, 4.08.2004

Chers compatriotes,
Permettez-moi de vous addresser mes salutations patriotiques les plus distinguées, à partir de Londres où j’évolue comme un journaliste international.
Je me suis fixé comme objectif dépuis le début de la guerre d’agression que nous subissons tous d’une façon ou d’une autre, de lutter et contre cette agression (à travers ma plume qui est d’ailleurs parfois plus trachante que l’épée) et pour le changement des mentalités parmi les Congolais.
J’ai affronté l’ennemi, parfois seul, bravant tous les dangers possibles dans un environement hostile à la cause Congolaise (perte d’emploi en cascade, attaques physiques par des inconnus sans que la police le prennent au sérieux, arrestation par la police devant 10 Downing Street, la résidence du Premier Ministre Britannique Tony Blair lorsque se deroulait une reunion entre lui les sanguinaires Kagame et Museveni, refus d’octroi des visas par l’ambassade de France et de Belgique, injures en pleines conférence par John Nagenda, un conseiller particulier de Museveni à la surprise totale des autres participants, entre autres Suzanne Rice, l’anciènne sécrétaired’Etat Américain aux affaires Africaines, trahison par certains Congolais habitant à Londres…).

Chers comaptriotes,
Nul ne croyait qu’à l’aube du troisième millénaire, les puissances occidentales, ayant boudé la politique nationaliste ménée par Mzee Laurent Désiré Kabila, allaient envahir le Congo par la force des armes à travers Rwandais, Ougandais, Burundais et quelques marionnettes Congolais interposés et méner une guerre d’usure, une guerre de rapine contre le Congo pendant presque quatre ans maintenant, durant laquelle guerre, nos richesses continuent d’être systematiquement exploités, 5 millions de nos compatriotes massacrés – un veritable génocide perpétré par les agresseurs sous un silence de mort de la part de la «communauté internationale», d’autres violées et infectées du VIH, entérrées vivantes, déplacés dans leurs propre pays ou décimées par la famine et les maladies…bref c’est l’humiliation du peuple Congolais dans tout son comble.

Chers compatriotes,
Ce silence de la «communauté internationale» face au drame Congolais s’explique par le fait que les mêmes «stakeholders», c’est à dire les mêmes «investisseurs» dans la guerre d’invasion ont rallié les médias africains (y compris certaines radios périphériques) et occidentaux dont ils contrôlent financièrement ainsi que certaines ONGs à leur sale besogne. Sachez que 50% de la guerre que nous avons subie sont médiatiques. C’est pourquoi, en tant que chevalier de la plume Congolais habitant là où le sort de l’Afrique se décide, je n’ai pas ménagé aucun effort, au prix de beaucoup de sacrifices et à mes propres frais, d’user de toutes les plates-formes possibles et disponibles pour défier la thèse prônée par les médias occidentaux selon laquelle le Congo était en proie à une rébellion tripartite qui combatait le gouvernement, de peur que l’opinion publique ici n’avale pas ce mensonge. Ils savaient que le Congo était agressé mais ils ne voulaient pas le dire. Soyez rassurés, chers compatriotes, que nous avons sérieusement gagné une grande partie de l’opinion internationale à notre cause après un travail dur. Et la lutte continue…

Chers compatriotes,
Il est inutile de rappeller que c’est la «crasse politique» Congolaise, comportant des politiciens sans convictions ni principes politiques ou morales et des soit-disant rebelles animés tous d’un esprit d’opportunisme leur légué par Mobutu Sese Seko, qui ont facilité la tâche aux agresseurs du grand Congo démocratique pour nous réduire en esclaves. Notre souffrance est dès lors devenue insupportable. Dépuis l’assassinat de Lumumba jusqu’à ce jour, nous peuple Congolais, avons été matés pendant 37 ans par un regime dictatorial et kleptocratique soutenues par les puissances occidentales. Nous n’avons pas manqué à plusieures réprises de nous soulever au prix du sang contre cet état de chose pour chasser Mobutu du pouvoir. Mais chaque fois Mobutu a été sauvé par ses maîtres en Occident (qui nous font indirectement la guerre aujourd’hui) avec qui, ils partageait les richesses du Congo.
Nous avons connu un moment de répit après la Libération du 17 Mai par Mzee Laurent Désiré Kabila. Nous étions tous convaincus que notre pays allait amorcer un nouveau départ grâce à la politique nationaliste ménée par le Mzee. Helas! Ce dernier a été abattu par les mêmes puissances avec la complicité de certains cadres Congolais de l’ancien régime et de son entourage même. Beaucoup parmi eux ont été soit apprehendés, soit écartés des rouages du pouvoir; d’autres détiennent encore aujourd’hui quelques leviers du pouvoir, et d’autres sont en fuite. Il convient donc de définir un Mobutiste comme toute personne animée d’un esprit d’opportunisme. Et on les trouve au gouvernement, à la rébellion et à l’opposition non armée…

Chers compatriotes,
Si la guerre s’enlise à l’est, c’est parceque les fossoyeurs de notre indépendence ne nous veulent nullement du bien. Ils veulent coûte que coûte briser notre élan de résistance et nous pousser à la résignation parcequ’ils profitent du prolongement de la guerre. Ils n’ont certainement pas oublié comment la resistance populaire a sauvé la ville de Kinshasa de tomber à leurs mains. Et même dans les territoires occupés, cette résistance ne leur a pas rendu la vie facile. Nous n’allons pas tomber dans leur piège, car ils ne peuvent pas nous écraser tous. Je me félicite donc de notre résistance malgré les conditions difficiles dans lesquelles nous vivons.

Chers compatriotes,
Après l’accord de Sun city que beaucoup qualifient d’une réponse de Dieu à nos prières, c’est serait une grande erreur que de ceder à la distraction et oublier que notre pays se trouve encore à la croisée des chemins. C’est pourquoi, je vous adresse un appel urgent de ne jamais souscrire, malgré nos souffrances, à des schémas compromettants qui n’aboutiront pas à la «récupération totale» de notre fierté et souverainété nationales et à l’intégrité territoriale de notre pays.
Il y a en qui estiment déjà que le retour des Mobutistes vaut mieux que la continuation de la guerre. Nous disons tous «oui» à la réconciliation, «oui» à la réunification du pays sans perdre de vue, sans jamais oublier cet adage Congolais qui dit que «Le léopard ne se débarasse jamais de ses tâches». Posons-nous cette question: «Après 32 ans de megestion, quel miracle les Mobutistes peuvent-ils encore operer?»
Les voilà revenir contre toute attente vers un peuple qu’ils ont maltraité en baffouant ses droits les plus fondamentaux, y compris le droit à la vie («Bokoliana», «vous vous mangerez» disait Litho Moboti, l’oncle de Mobutu) et se sont enrichis derrière son dos. Une fois chassés du pouvoir et sûrs de leurs contacts avec «la haute politique internationale», les milieux d’affaires et de l’intelligence, ils ont utilisé le même argent volé pour mener une guerre contre le peuple et celui qui défendait l’intérêt supérieur de la nation: Mzee Laurent Désiré Kabila, jusqu’à l’abattre physiquement.

Chers compatriotes,
C’est avec une grande désolation que nous admettons aujourd’hui que les Mobutistes au sein des differents «Mouvements de Libération du Congo» et du RCD ont en quelque sorte atteint leur objectif. Les voilà triomphalement revenir, applaudis par un peuple forcé, tel un chien à avaler la nourriture qu’il a vomie, ou tel un cochon qui se laisse rouler dans la boue après avoir se laver à la rivière. Quelle humiliation! Nous sommes tellement affaiblis par la guerre que nous considerons leur retour comme un moindre mal.
Mais reviennent-ils occuper des postes importants qu’ils ont su bien «traire» hier?
C’est pourquoi, chers compatriotes, je vous invite tous à la vigilence pour que la période de transition – plus courte que possible au terme de laquelle nous autres la population comme on nous apppelle, pourrons récuperer notre position de force et élire hors du pouvoir tous ceux qui ont ruiné ce pays pendant 37 ans, tous ceux qui se sont leagués avec les agresseurs Rwandais, Ougandais et Burundais, ont pillé systematiquement notre pays et se sont rendus responsables du génocide de 5 millions de Congolais, et par après les amener à la justice. Car il n’y aura pas une vraie réconciliation sans justice et personne ne peut prétendre «servir le Congo» (occuper des postes en d’autres termes) sans vraiment l’aimer d’abord. C’était justement ça la contradiction si pas le mascarade de la devise du MPR qui disait: «MPR = Servir. Se Servir, NON». Et la suite? Tout le monde finissait par se servir, la corruption etant erigée en système d’état.
Je vous exhorte donc à user de votre pouvoir, de votre «people power» pour sauver le Congo. Le salut ne viendra pas ni des incatations, ni des pleurnichades, ni des politiciens avares ni de l’extérieur. Nous aurons à nous libérer nous mêmes au cas ou notre droit légitime de les voter hors du pouvoir nous sera nié. Nous avons le droit d’être dirigé par des leaders crédibles et de notre choix et cela ne doit pas nous être définitivement nié par la seule force des armes.

Chers compatriotes,
J’ai confiance à l’avenir, que le Congo renaîtra, que nous allons à la fin des comptes nous resaisir et reprendre la lutte de Lumumbade Mulele et de Kabila, interrompue par le sabotage et l’assassinat et nous ré-organiser politiquement, économiquement et surtout militairellement, consolider notre indépendance politique et économique, rélancer la reconstruction nationale en vue d’un development intégral de notre pays et de l’Afrique grâce aux immenses richesses dont regorge le grand Congo, s’engager dans une coopération mûre et équitable avec les autres nations du monde, protèger notre souverainété nationale et l’intégrité territoriale de notre pays, être les premiers bénéficiaires de nos richesses en toute paix et liberté, vivre en paix avec nos voisins et mater les recalcitrants qui nous veulent du mal (…).

«Débout Congolais!» Affrontons le défi!
Je vous rémercie.