Accueil
Page P.E. Lumumba
Page P. Mulele
Page L.D. Kabila
Discours de J. Kabila
Crimes du Mobutisme
Briefing Actualité
Liens
Communiqués
Qui sommes-nous?
Contact
Actualites internationales
Votre réaction sur ce site

Archive d'articles
Archive des réactions de 2003-2004


Commémoration du 35ème anniversaire de la mort de Pierre Mulele


Kasika, 6 ans après !

Par Musemakweli, Patriote de la Société Civile Sud Kivu, 24 août 2004

Ce mardi 24 août nous rappelle le massacre de Kasika. En ce jour-là du lundi 24 août 1998, la Cité de Kasika et ses environs, en Territoire de Mwenga avaient connu des horreurs indescriptibles : des chrétiens avaient été massacrés en pleine messe, des religieux et religieuses avaient été égorgés en pleins offices, et le Mwami François Mubeza ainsi que son épouse étaient lâchement coupés en morceaux dans la Cour royale. Plus de 1.000 personnes avaient été tuées au fusil, à la machette, au couteau, certaines victimes étaient jetées dans des fosses servant de WC; d'autres abandonnées en pleine brousse, ou brûlées vives.

Les auteurs de cette barbarie n'étaient autres, que ceux-là mêmes qui, quelques semaines auparavant, avaient décidé de déclencher la guerre dite de 'libération" ou de « rectification » en vue de l'instauration de la démocratie, des droits de l'homme et de l'Etat de droit au Congo.

La Province du Sud-Kivu va alors connaître d'autres Kasika, se succédant les uns après les autres : Makobola (847 tués), Burhinyi (124 morts), Katana (27 tués), Bunyakiri (des dizaines de personnes tuées), Mushinga (environ 100 morts), Burhale, Kaniola, Katogota (127 tués), Kamituga (plus de 201 morts), Mwenga (femmes enterrées vivantes) ... !

Entre temps, des rapports crédibes font état de plus de 3,5 millions des Congolais déjà morts du fait de la guerre qui, depuis 1998, endeuille le Congo. Lors des massacres de Kasika, de Makobola, de Katogota, de Mushinga, Burhinyi, Burhale, Kamituga, Katana, Mwenga... des deuils officiels n'étaient pas permis, et souvent les parents des victimes n'étaient pas autorisés de pleurer les leurs. Les auteurs des nombreux crimes étaient bien connus que personne ne pouvait croire aux enquêtes annoncées de toute pompe et qui, comme toujours, n'aboutissaient pas !

Si l'on devait, un jour, ériger un monument en mémoire de chaque Congolais tué, de chaque massacre commis depuis 1996, le Congo serait jonché de mausolées.

Dans les Grands-lacs africains, certaines personnes et certains groupes se sont arrogés le droit de tuer, en toute impunité, et massivement ; d'autres ne peuvent que mourir et continuer à mourir et être tués car, pour eux, le droit à la vie est devenu un luxe. Des populations congolaises meurent en masse depuis 1996, au nom d'un génocide qu'ils n'ont jamais commis, d'une cohabitation aux allures d'occupation militaire et d'injustices flagrantes, et des guerres inutiles et destructrices.

Le « génocide » est devenu une arme de domination, de spoliation, de terrorisme, de violation du droit international et des droits des Peuples et des Nations. Il est désormais un prétexte pour faire la guerre, piller des Etats et empêcher les Peuples de s'entendre, de cohabiter pacifiquement, de se réconcilier !

Et pourtant, depuis ces longues années de guerre et de frustration, les Congolais ne demandent que la PAIX ! Plus de 400 groupes ethniques avaient réussi à cohabiter pacifiquement dans ce pays-continent. Ils avaient appris à s'aimer, à se tolérer et oeuvrer pour les mêmes défis de la démocratie et du développement.

Des politiciens formés dans le crime et l'impunité, assoiffés de pouvoir et de richesses, se sont mis à les manipuler, les uns contre les autres jusqu'aux massacres de Gatumba, en passant par les multiples tueries qui ensanglantent le Congo. Les Congolais de toutes les ethnies ont le droit à la paix, à la démocratie et à la vie; ils ont le droit de se choisir des dirigeants légitimes parmi les citoyens les plus aptes et les mieux à même de promouvoir les vraies valeurs de paix, d'unité nationale, de cohabitation, de justice, de développement et de démocratie. Ils réclament que tous les « seigneurs » de guerre, tous les pyromanes et autres criminels soient un jour châtiés afin que cesse, à jamais, l'impunité et la guerre.

Les groupes ethniques du Congo doivent ainsi se détourner des criminels et de leurs alliés qui veulent perpétuer la haine et la division pour satisfaire leurs intérêts égoïstes et les ambitions de leurs commanditaires.