Accueil
Page P.E. Lumumba
Page P. Mulele
Page L.D. Kabila
Discours de J. Kabila
Crimes du Mobutisme
Briefing Actualité
Synthèse de la semaine
Liens
Communiqués
Qui sommes-nous?
Contact
Actualites internationales
Votre réaction sur ce site

Archive d'articles
Archive des réactions de 2003-2004


Commémoration du 35ème anniversaire de la mort de Pierre Mulele

 

 

 

 

 

 

Kabila à Kisangani

L’Avenir, 16 octobre 2004

Le président de la    République était attendu hier dans le chef lieu de la     province Orientale. Mais, c’est un pari reporté. Cette visite ne devrait pas faire un événement. Car, le chef de l’Etat, de par ses fonctions peut aller où il veut. Si sa visite à Kisangani est devenu un événement, c’est parce que la province qu’il visite s’appelle Province Orientale, une province, tout le monde en convint, « martyre de la Rd Congo ». Cette réputation ne date pas d’aujourd’hui. Kisangani  a payé le prix le plus lourd de la décolonisation. Bastion du nationalisme congolais, cette ville a payé par son sang l’unité nationale. Si Lumumba a commencé la politique dans cette ville considérée comme son fief, alors qu’il est originaire du Kasaï- Oriental,  Antoine Gizenga, originaire de la province du Bandundu s’y est retiré pour  mener la résistance après l’arrestation et l’assassinat de Lumumba. C’est aussi à Kisangani que les nationalistes ont organisé la récupération du pouvoir. Tout cela a fait de cette ville, la cible de tous ceux qui avaient déclaré la guerre contre le nationalisme congolais.
Le caractère événementiel de la visite du chef de l’Etat à Kisangani vient du fait que, Kisangani, c’est la métropole des habitants de l’Ituri et de Bunia considérés comme le ventre mou de la Rd. Congo. Tout le monde s’attend donc à ce que le passage de Joseph Kabila dans la province Orientale puisse amener les Ituriens à se souvenir qu’ils appartiennent à un pays, le Congo et qu’ils ont le devoir de s’embarquer avec tout le monde dans le train de la transition. Car, il sera difficile à la population de l’Ituri de récupérer le retard par rapport au reste du pays. Les richesses de cette partie du pays risquent d’aller demain ailleurs où ‘horizon sera plus apaisé.
Les populations de Kisangani ont également payé le tribut le plus lourd de la guerre d’agression. L’on se souviendra que les Rwandais et les Ougandais se sont affrontés à armes lourdes dans cette ville sans se soucier du sort de la population civile. C’est donc une ville cimetière que le chef d l’Etat va visiter. Mais aussi une ville des orphelins, des veuves et handicapés  qui attendent la consolation du numéro un du pays.
Joseph Kabila va aller trouver une ville qui lui est totalement acquise, non seulement comme héritier du nationalisme congolais dont Kisangani est le berceau, mais aussi et surtout comme artisan de la paix. Car, beaucoup de gens à Kisangani ne s’imaginaient pas un seul jour qu’ils retrouvent la paix face au danger de la balkanisation du pays et de l’annexion de sa partie Est. Cette opportunité leur a été offerte par cet homme, Joseph Kabila. C’est la raison de la grande gratitude de cette population vis-à-vis d J. Kabila qu’elle attend recevoir. Elle n’a jamais fait mystère de son soutien au chef de l’Etat. « Nous sommes tous derrière Joseph Kabila » a-t-on toujours entendu dire, chaque fois que nous avons visité cette ville. Cependant, la population de Kisangani et celle de toute la province Orientale doit savoir que la paix retrouvée reste fragile. Il faudra la renforcer avec l’aboutissement du processus de la transition dont le hic sera l’organisation des élections. C’est après les élections que Joseph Kabila, à la tête d’un gouvernement des nationalistes réalisera son projet de société, le projet de société que Lumumba et Mzée Kabila n’ont pas pu terminer.