Accueil
Page P.E. Lumumba
Page P. Mulele
Page L.D. Kabila
Discours de J. Kabila
Crimes du Mobutisme
Briefing Actualité
Synthèse de la semaine
Liens
Communiqués
Qui sommes-nous?
Contact
Actualites internationales
Votre réaction sur ce site

Archive d'articles
Archive des réactions de 2003-2004


Commémoration du 35ème anniversaire de la mort de Pierre Mulele

 

 

 

 

 

 

«En janvier, quand Bush prêtera serment, nous serons à nouveau des centaines de milliers à protester»

Nous avons demandé une première réaction aux résultats électoraux à Tom Burke, responsable organisationnel de l’organisation américaine Freedom Road Socialist Organisation (*).

Solidaire, 03-11-2004

Tom Burke. Il est clair que Bush a gagné les élections tant au nombre de voix qu’au nombre de grands électeurs. Les gens ont voté pour lui par crainte du terrorisme et de l’incertitude économique. Bush est un facteur connu, les Américains sont habitués à lui. Ils donnent leur confiance à quelqu’un qu’ils connaissent comme étant un dirigeant fort. Les républicains sont parvenus à présenter Kerry comme quelqu’un de non fiable et, manifestement, ça a marché. Mais on ne doit pas non plus sous-estimer que la moitié des gens ont voté Kerry. La guerre ainsi que le fossé de plus en plus grand entre riches et pauvres a fait en sorte qu’il y ait une division politique.
Le mouvement pour la paix se retrouve-t-il désormais dans la minorité?
Tom Burke.
Je ne dirais certainement pas cela. La majorité de la population américaine est contre la guerre. Le problème, c’est que les démocrates et Kerry lui-même n’ont pas mené une campagne active contre la guerre. Tout ce qu’ils ont fait, c’est dire qu’ils le feraient d’une manière ou d’une autre. Un certain nombre d’hésitants ont donc choisi pour la certitude. De même, de nombreux adversaires de la guerre ne sont pas allés voter parce qu’ils ne voulaient ni de Bush ni de Kerry. La même chose vaut pour les travailleurs. Kerry n’a dit que des généralités sur les thèmes sociaux. Mais il ne s’est pas profilé autour de revendications sociales claires. Aussi, bien des travailleurs n’avaient-ils aucune raison de voter pour lui. Et, ici aussi, il y a des gens qui n’optent que pour la certitude ou qui ne vont pas voter. Cela ne veut pas dire qu’ils soient d’accord avec Bush et sa politique.
A quoi pouvons-nous nous attendre de Bush?
Tom Burke.
Bush est un homme qui fait ce qu’il dit. Quand il dit qu’il va envahir ou bombarder un pays, il le fait. Nous avons pu nous en apercevoir au cours de ces dernières années. Durant sa campagne électorale, il n’a cessé de répéter qu’il allait poursuivre la guerre "contre le terrorisme". Nous devons donc nous attendre à de nouvelles guerres et à de nouveaux embargos. Ce seront à coup sûr 4 années difficiles pour le monde et pour les travailleurs américains.
Le mouvement pour la paix ne va-t-il pas être découragé par ces résultats?
Tom Burke.
Bien des gens du mouvement pour la paix se sont engagés pour la campagne de Kerry parce qu’ils voulaient vraiment que Bush s’en aille. Mais la partie la plus militante du mouvement pour la paix ne nourrissait aucune illusion à propos de Kerry. On puet donc être sûr que le mouvement pour la paix va mobiliser de nouveau. Quand les républicains ont tenu leur convention en été, nous étions un demi-million de manifestants. Eh bien ! on peut être sûr que nous serons à nouveau présents en masse en janvier, quand Bush prêtera serment.

(*) site web www.frso.org