Accueil
Page P.E. Lumumba
Page P. Mulele
Page L.D. Kabila
Discours de J. Kabila
Crimes du Mobutisme
Briefing Actualité
Synthèse de la semaine
Liens
Communiqués
Qui sommes-nous?
Contact
Actualites internationales
Votre réaction sur ce site

Archive d'articles
Archive des réactions de 2003-2004


Commémoration du 35ème anniversaire de la mort de Pierre Mulele

 

 

 

 

 

 

Le Président Joseph Kabila dirige la lutte contre la corruption

Leonard Kasimba, 24 novembre 2004

Nous publions ci-dessous un texte qui dit l'essentiel de ce qui est à dire pour le moment sur la lutte contre la corruption.

Communiqué de presse du porte-parole du Président de la République Démocratique du Congo

" Conformément à l’article 157 du Règlement Intérieur de l’Assemblée Nationale, le Président de l’Assemblée Nationale, Monsieur Olivier Kamitatu a remis ce mardi 23 novembre 2004 au Chef de l’Etat Joseph Kabila, le rapport d’enquête sur la gestion des entreprises publiques.
Ce rapport d’enquête fait suite au rapport d’audit des entreprises publiques initié par le gouvernement, sur instruction du chef de l’Etat et réalisé conjointement par la Cour des comptes, le Conseil Supérieur du Portefeuille, l’Inspection générale des Finances et le Conseil permanent de la comptabilité.
L’opinion se rappellera, en effet, qu’en date du 19 mai 2004, le chef de l’Etat a adressé aux vice-présidents de la République, aux Présidents de l’Assemblée nationale et du Sénat une lettre leur rappelant la nécessité de préserver des valeurs éthiques devant nous interpeller à tout moment.
Cette lettre attirait notamment l’attention des Membres du gouvernement sur la gravité des actes de corruption, de détournement et de concussion ainsi que leurs conséquences néfastes pour la République.
Le chef de l’Etat a prévenu, dans cette même correspondance du 19 mai 2004 que quiconque tomberait dans l’une des hypothèses évoquées, se verrait appliquer la loi dans toute sa rigueur et qu’il n’y aurait pas des considérations politiques pour empêcher la justice de faire son travail.
Aussi, le chef de l’Etat promet-il de tirer toutes les conséquences du résultat de ce rapport d’enquête, conformément aux Lois de la République."

Ce texte prouve deux choses :

  • Primo : c'est bien le Président de la République qui a lancé et qui dirige la lutte contre la corruption, et pas le mobutiste Olivier Kamitatu, comme le suggère le journal Le soft.
  • Secundo : cette lutte sera menée selon les lois et pas par la presse partisane, mobutiste et kagamiste.