Acceuil
Nouveau :
Briefing Actualité
Communiqués
Qui sommes-nous?
Page Lumumba
Page Mulele
Page Kabila
Actualites internationales
Votre réaction sur ce site
Archive des réactions de 2003-2004
Contact
Liens

Archives


Commémoration du 35ème anniversaire de la mort de Pierre Mulele

 

 

 

 

 

 

Réactions sur la repression du 10 janvier à Kinshasa

Nous publions les réactions des nationalistes aux évènements de lundi 10 janvier sur cette page.

 

1) Reçu dans notre forum le 11 janvier à 9h48 :

"Voilà, hier le gouvernement a tiré sur les peuples de Kinshasa.
L'ennemi des institutions de transition du Congo est à l'est, à Goma, à Walikale, à Beni, à Bukavu, à Kanyabayonga, etc... et non à Kinshasa où les peuples n'ont pas d'armes.
Que les autorités transitoires et transitaires ne se trompent pas de cible.
Ceux qui tirent les ficèles sont dans les sphères des espaces institutionnels et non à Masina, à Kingasani, à Ndjili ni dans un autre zone annexe de Gombe. Nous ne voulons plus de morts gratuites dans les rues de Kinshasa ni ailleurs (6.000.000 des morts c'est de trop).

Depuis l'installation du gouvernement de transition avec tous la cohorte des rebelles assassins et canibales en tête, le mot d'ordre est la fin de la transition."

libanga lola
lola@yahoo.fr

2) Déclaration de Marie-Ange Lukiana, la Secrétaire générale adjointe du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD) après la réunion du Comité Exécutif National tenu mardi 11 janvier.

« Le Comité exécutif national élargi aux fondateurs et cadres du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie, PPRD en sigle, s’est réuni ce jour au siège national du Parti pour examiner la situation politique de l’heure, à savoir :
1) les manifestations publiques non autorisées de ce lundi 10 janvier 2005 et leurs conséquences,
2) le contenu de la déclaration politique du Mlc du lundi 10 janvier 2005.
S’agissant des manifestations publiques non autorisées ayant perturbé l’ordre public, la sécurité des personnes et de leurs biens, l’opinion se souviendra que lors de l’interview radiodiffusée qu’il a accordée a un Journaliste de Radio France Internationale, Monsieur l’Abbé Apollinaire MALU-MALU, Président de la Commission Electorale Indépendante, CEI, a évoqué l’éventualité de boucler le processus électoral avant octobre 2005.
Une campagne d’intoxication et de désinformation de l’opinion a été immédiatement organisée et a servi de prétexte aux états-majors de certains partis politiques bien connus, pour concevoir et organiser l’agitation qui a prévalu dans la Ville de Kinshasa ce lundi 10 janvier 2005.
En effet, des bandes isolées des jeunes gens, manifestement manipulés, payés et drogués, se sont mis à s’attaquer aux paisibles passants, aux moyens de transport publics et privés, aux édifices publics, aux églises et aux autres infrastructures. Il s’en est suivi mort d’hommes et dégâts matériels importants.
Le PPRD, Parti attaché aux valeurs républicaines, de patriotisme, d’unité et d’indépendance nationale, de liberté et d’égalité, de justice et de démocratie, de solidarité, de paix et de progrès:
- déplore toutes ces pertes en vies humaines et présente ses condoléances les plus attristées aux familles endeuillées;
- exprime sa solidarité avec l’ensemble des victimes de ces manifestations et en particulier avec l’Eglise catholique dont une paroisse a été injustement pillée et une paisible religieuse violentée;
- condamne avec la dernière énergie la violence sous toutes ses formes, comme arme pour accéder au pouvoir;
- dénonce les auteurs, les commanditaires et les complices de ces actes inciviques orchestrés dans le but de bloquer le processus électoral et, partant, de mettre en péril le processus de la Transition;
- exige que soient traduits en justice les auteurs, les commanditaires et les complices des actes incriminés qui livrent les enfants d’autrui à la mort tout en mettant les leurs à l’abri.

S’agissant de la déclaration elle-même à la base de ces tristes événements, le PPRD rappelle qu’au Dialogue Intercongolais, la Composante Gouvernement dont le PPRD est le continuateur, avait proposé une année et demie, soit 18 mois de Transition. Le MLC et le RCD étaient pour 3 ans, soit 36 mois, et l’UDPS soutenait une Transition de 5 ans, c’est-à-dire dans 60 mois.
Après des longues et houleuses discussions, la période de Transition a été fixée à 24 mois. Et ce sont les autres composantes qui ont introduit l’incise du prolongement de 6 mois renouvelables une fois, et le PPRD a, une fois de plus, accordé sa concession. De ce qui précède, le PPRD constate que bon nombre des forces politiques en présence évoluent dans leur logique de départ, celle de voir la Transition prolongée indéfiniment.
Pour le PPRD, les élections constituent la seule alternative crédible dans notre pays, en vue de promouvoir l’avènement d’un nouvel ordre politique, démocratique, géniteur du développement et du mieux-être de l’ensemble des populations congolaises. Le PPRD tient à ce que les élections libres, démocratiques et transparentes soient organisées dans les délais constitutionnels, conformément aux prescrits de l’article 196 de la Constitution de la Transition, et le PPRD est à tout moment prêt à y participer.
S’agissant de la déclaration du MLC caractérisée par des affirmations gratuites et subversives, les discussions autour des questions soulevées par celle-ci se poursuivent encore et le Parti fera connaître sa position dans les heures qui suivent »