Acceuil
Nouveau :
Briefing Actualité
Communiqués
Qui sommes-nous?
Page Lumumba
Page Mulele
Page Kabila
Actualites internationales
Votre réaction sur ce site
Archive des réactions de 2003-2004
Contact
Liens

Archives


Commémoration du 35ème anniversaire de la mort de Pierre Mulele

 

 

 

 

 

 

Togo : Le despote Eyadema est mort.
La dictature continue…

Déclaration par l'organisation "L'Exilé", du 6 février 2005

Etienne Gnassingbe Eyadema est mort ce samedi 5 février 2005. Un règne sanglant d’un dictateur sans foi ni loi vient ainsi de prendre fin. Nous ne le regretterons pas. La vie de Etienne Eyadema depuis son âge d’homme fut entièrement consacrée au service de l’impérialisme français, contre les peuples togolais et du monde.
En 1963, quand l’impérialisme français voulut se débarrasser de Sylvanus Olympio, le chef du gouvernement nationaliste togolais, on retrouva Eyadema pour assumer le rôle d’assassin dans le coup d’état militaire du 13 janvier, le premier cas d’assassinat de chef d’Etat jamais perpétré en Afrique. Ayant réussi à éliminer ses rivaux, Bodjollé, Dadjo, Kongo, Assila puis levé l’obstacle que constituait Nicola Grunitzky, c’est avec un gant de fer qu’il a dirigé le pays à partir de 1967.
Le gouvernement d’Eyadema fut un gouvernement de terreur et de régression économique et sociale. Le peuple fut soumis à l’embrigadement forcé dans le parti du pouvoir, le RPT et dans ses officines; les arrestations et détentions arbitraires, les tortures pour simple délit d’opinion, les assassinats à l’intérieur et à l’extérieur de nos frontières devinrent une pratique courante. Qui ne se souvient des camps de concentration comme celui d’Agombio, Qui ne se souvient des massacres de 25 janvier 1993 ?
Pendant ce temps, la situation économique et sociale n’a cessé d’empirer, conséquence d’une politique de soumission aux grands prédateurs internationaux (FMI, Banque mondiale notamment) au pillage de nos ressources, à la gabegie. Le pays croule sous des dettes, le chômage va croissant; la santé, l’enseignement connaissent une dégradation sans précédent.

Les méfaits de ce tyran ne se limitent pas à notre pays.
C’est en tant que soldat de l’armée coloniale française qu’il a commencé sa carrière, et qu’il a fait ses premières armes dans la répression sanglante des peuples indochinois et algériens en lutte pour leur émancipation. Du Tchad au Congo (ex-Zaïre), du Burkina Faso en Côte d’Ivoire, il n’a jamais cessé de s’ingérer dans les affaires des autres pays, pour y défendre les intérêts de l’impérialisme français.
Compte tenu de la situation noire dans laquelle l’autocrate Etienne Eyadema a plongé notre pays, il est seulement regrettable qu’il soit mort dans son lit… Il aurait mérité non seulement d’être chassé du pouvoir comme un malpropre, mais traduit en jugement, sommé de rendre compte de sa gestion.
Si cela ne fut pas possible c’est d’abord parce qu’il a toujours disposé de l’appui constant et indéfectible de l’impérialisme français, ce que traduit bien la déclaration du président Chirac, qui a salué «la perte d’un ami de la France». C’est aussi parce que la politique de conciliation et de tractations au sommet pratiquée depuis 1991 jusqu’aujourd’hui par les faux démocrates de l’opposition, sous la supervision de l’impérialisme (Conférence nationale souveraine, Colmar, Ouaga, Accord-cadre de Lomé..), en freinant l’élan et la lutte populaire, seul le facteur décisif pour le changement démocratique, a toujours permis au pouvoir chancelant de refaire ses forces.

Le dictateur est mort, mais la dictature demeure.
En effet, comme nous n’avons jamais cessé de le souligner, le pouvoir autocratique ne se réduit pas à la seule personne de l’individu Eyadema; c’est un système regroupant des hommes et des femmes unis par des intérêts communs tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de notre pays.
L’appareil de répression est toujours en place et la manière dont la transition a été organisée vérifie amplement cette assertion et montre une fois de plus la réalité du pouvoir: n’hésitant pas à tordre le coup à sa propre constitution, même «toilettée», «dépoussiérée», c’est l’armée, le pilier de la dictature qui intronise le successeur en la personne de Faure Gnassingbe.

Ce choix arrange aussi bien la France que les Etats Unis.
En effet, la main de la France qui encadre cette armée n’y est pas étrangère: face à la situation dans la sous région, notamment en Côte d’Ivoire, l’impérialisme français a plus que jamais besoin du Togo comme base arrière et sans Eyadema, un autre Gnassingbe lui paraît une garantie de stabilité pour ses intérêts. Mais Faure Gnassingbe est aussi connu comme un ami de Bush, de Condolezza Rice et un proche du Parti Républicain.

Seule une lutte populaire peut balayer la dictature
Cette transition n’est rien d’autre qu’un scénario à la haïtienne qui nous a donc été organisé. On se rappelle qu’à la mort de François Duvalier en (Papa Doc.) 1971, pour maintenir la continuité du régime l’état major de l’armée haïtienne appuyée par les «Toton Macoutes» avait appelé son fils Jean-Claude Duvalier (Bébé Doc.) au pouvoir. Cela n’avait pas empêché le peuple haïtien et les organisations démocratiques de Haïti de continuer le travail de mobilisation et d’organisation pour renverser 15 ans plus tard le pouvoir des Duvalier.
La mort du despote Eyadema n’est pas une raison pour se croiser le bras, au contraire c’est l’occasion de poursuivre le travail d’organisation et de mobilisation pour en finir une fois pour toutes avec la dictature et l’oppression.

Bruxelles, le 6 février 2005

Organisation Démocratique
Des Exilés Togolais (L’EXILÉ)
Site Internet: www.exile-togo.net
Courriel: togo@nomade.fr
Contact: chaussée de Waterloo 265,
1060 Bruxelles -Belgique

ps: entendu à AFRICA no1 : à 6 : 00
La République Démocratique du Congo a rappelé en consultation à Kinshasa son chargé d'affaires au Togo. Le gouvernement congolais réagit ainsi pour manifester son mécontentement à la participation de son chargé d'affaires à la cérémonie de prestation de serment du nouveau Président togolais, Faure Eyadema, dont la légitimité est contestée par la communauté internationale et l'Union africaine pour non-respect de la loi fondamentale.

Lisez aussi : La Rdc dément sa représentation à la prestation de serment du nouveau Président togolais Faure Gnassingbé