Accueil
Page P.E. Lumumba
Page P. Mulele
Page L.D. Kabila
Discours de J. Kabila
Crimes du Mobutisme
Briefing Actualité
Synthèse de la semaine
Liens
Communiqués
Qui sommes-nous?
Contact
Actualites internationales
Votre réaction sur ce site

Archive d'articles
Archive des réactions de 2003-2004


Commémoration du 35ème anniversaire de la mort de Pierre Mulele

 

 

 

 

 

 

Ruberwa réduit au silence à Washington par la Communauté congolaise

Compte-rendu de la conférence du Jeudi 3 février 2005 au Great Lakes Policy Forum à Washington, DC. (De 10h00 à 12h00) sous le titre : "RDC et Rwanda : Dynamiques, Obstacles et Opportunités"

Par Joseph Sangano, membre de la communauté congolaise de la région Métropolitaine de Washington, DC, reçu par Internet le 9 février 2005

Au menu était prévu un panel composé de Mr. Azarias Ruberwa (Vice-président de la RDC), Mr. Charles Muringande (Ministre des Affaires Etrangères du Rwanda),
Dr. Suliman Baldo (International Crisis Group), et Dr. Alison des Forges (Human Rights Watch). Le forum était organisé par l’ONG américaine « Search for Common Ground » sous le thème: “RDC et Rwanda: Dynamiques, Obstacles et Opportunités” sous la modération de Mme Ozong Agborsangaya, Directeur du Programme Afrique.

Une parenthèse : Il convient de signaler que quelques jours avant la conférence, nous avons adressé une invitation aux membres de la communauté congolaise de la région métropolitaine de Washington de venir assister à cette conférence qui serait animée par Mr. Ruberwa , un homme qui a du sang des millions des congolais sur ses mains. Juste après cette invitation, les dispositifs de la conférence ont été changés : (i) il fallait personnellement réserver sa participation pour pouvoir entrer dans la salle, (ii) Mr. Charles Murigande a été remplacé par Mr. Richard Sezibera (Emissaire rwandais pour les Grands Lacs), et (iii) le dispositif de la sécurité a été renforcé au lieu de la conférence.

Déroulement de la conférence : Quinze minutes après l’heure prévue pour le démarrage, tout le monde est en place, mais il y a une chaise vide sur le podium. La modératrice, Mme Ozong Agborsangaya, prend la parole pour s’excuser du retard: « On attend le Vice Président Ruberwa, mais l’on va démarrer dans 60 secondes ». Nombre d’entre nous nous échangeons des regards qui en disent long: à l’instar de son « compatriote » Olomide, le VP du Congo vient prouver l’irrévérence de l’Africain envers l’emploi de temps des autres.

Les présentations démarrent sans l’hote de marque, et comble d’irrévérence, lorsque la délégation congolaise fait son entrée dans la salle de conférence pendant que M. Baldo est en train de faire son exposé, M. Ruberwa n’est pas de la partie. Le vice-ministre Musafiri (Intérieur) qui le remplacera sur le podium dira plus tard que “Son Excellence” aurait souhaité être présent mais sa santé en a décide autrement ». Par courtoisie, un coup de fil pour informer les organisateurs de la situation aurait été apprécié.

Nous aurions dû savoir qu’il y avait anguille sous roche lorsque les dispositifs de sécurité ont été altérés en dernière minute, contrairement aux habitudes du Forum. La présence massive des Congolais qui avaient réservé une place malgré les changements de dernière minute serait-elle la véritable raison de ce coup de couardise? Nous avons vu les proches collaborateurs de M. Ruberwa dans la salle bien avant l’heure. Leur Excellence a tout simplement eu peur de se présenter. Les Congolais de la région métropolitaine de Washington étaient venus nombreux et prêts a exposer la complicité de M. Ruberwa et son RCD avec le Rwanda. Et, malgré cela, les compatriotes ont, sans verser dans les insultes, clairement exprimé leur colère et leur indignation contre le génocide au Congo, la victimisation de nos populations et la spoliation des richesses du pays ; ils ont dit leur désapprobation de la conduite de la chose publique en RDC.

L’on aura retenu surtout que M. Musafiri cite la mort “des milliers de Congolais”, et que dans sa myopie, il n’inventorie que “la présence des forces Interahamwe des FDLR et la volonté unilatéraliste du Rwanda” comme raisons principale de crise. L’audience a vite fait de lui rappeler que les morts se comptent par millions, et que parmi les raisons de crise, il y a également l’exploitation illégale des ressources du Congo et le besoin de la part du Rwanda de créer des colonies rwandaises au Congo. Bon nombre d’interventions des Congolais portaient aussi sur le désir ardent des congolais de l’étranger à participer aux élections. M. Musafiri a cité le coût comme obstacle majeur à tenter l’expérience des élections en l’Iraq.

L’on aura aussi retenu la répudiation de Mme Allison des Forges de la thèse de M. Sezibera selon laquelle les FDLR sont une force à idéologie génocidaire. En fait, en l’absence de M. Ruberwa et compte tenu de la concordance des thèses développées par Mr. Musafiri et Mr. Sezibera, ce dernier a subi le plus d’interrogations de l’audience surtout qu’il a plus parlé de la Transition en RDC que Mr. Musafiri. Confronté à la question des Hutu que le Rwanda avait relâchés de ses prisons et exportés au Congo pour travailler dans les mines de Coltan, M. Sezibera a semblé s’indigner que les populations du Sud Kivu appellent ces Hutus “interaKagame” pour les différencier des véritables “interahamwe.” C’était presque marrant d’entendre son argument contre l’appellation (les Interahamwe s’étant appelés ainsi eux-mêmes), alors que lui n’hésite pas d’utiliser les libels de “forces négatives” et autres “génocidaires.” Evidemment, M. Sezibera nie que le gouvernement rwandais ait transplanté des Hutus au Congo. Nous l’aurions crû si le Rwanda n’était pas connu pour ses deniements d’interventions au Congo.

A une autre question posée par une jeune dame américaine, a savoir pourquoi le Rwanda, si concerné par la question sécuritaire, n’a pas arrêté le Colonel mutin Jules Mutebusi lorsqu’il a traversé la Ruzizi pour le Rwanda, Mr. Sezibera n’a pu que pathétiquement argumenter que Mutebusi est dans un camp, et que le Congo n’a jamais demandé son extradition. Nous attendons que Mr. Musafiri fasse rapport aux autorités congolaises compétentes. En fait Mr. Sezibera vient de dire au Congo où se trouve un criminel de guerre qui a tué 187 personnes à Bukavu et qui a violé des femmes et des jeunes filles congolaises dans la Commune d’Ibanda, spécialement à Nguba, tout en sachant qu’il est sidéen/séropositif. Soit qu’à trop mentir M. Sezibera a commis l’erreur de tous les menteurs (oublier ses mensonges précédents), soit qu’il vient de narguer la RD Congo à user du même droit de poursuite dont le Rwanda s’arroge.

Quelques conclusions et points saillants de la conférence :

(i) Mr. Ruberwa a eu peur d’affronter la communauté congolaise de la Région métropolitaine de Washington, DC. Si tel est n’est pas le cas, à lui de prouver le contraire surtout qu’il vient très souvent aux USA. Ce n’est que parti remise.

(ii)A part les bonnes analyses de la situation par Souleyman Baldo et Alison de Forges, on n’a rien appris de nouveau de la part des invités de marque du jour sur les dynamiques et les opportunités des relations entre la RDC et le Rwanda, si ce n’est la confirmation que c’est le Rwanda qui impose son agenda à la communauté internationale.
(iii) Ayant regretté la vraisemblance des thèses développées par Mr.Musafiri et celles de Mr. Sezibera, contrairement à la réalité sur le terrain (Kanyabayonga, Ituri, intégration de l’armée, etc.…), un participant s’est indigné qu’on ait parlé du Congo sans un congolais sur le podium. Un autre venu en retard après la présentation des invités et après avoir suivi les interventions a demandé à coté pourquoi le gouvernement de Kinshasa n’était pas représenté. On lui a signalé la présence au panel du Vice-ministre de l’Intérieur de la RD Congo et quelques secondes après, sur la question de livraison d’armes aux rebelles par le Rwanda, les milices de Mr. Serufuli (Gouverneur du Nord Kivu) et sa distribution d’armes au Nord Kivu aux Banyarwanda, à la grande stupéfaction de l’audience, Mr. Musafiri (Vice Ministre de l’Intérieur de la RDC) a déclaré que personne n’a encore présenté des preuves de cette situation. Un conseil gratuit à ce ministre est qu’il doit encore s’exercer à ne pas crier au micro et surtout à laisser parler ses interlocuteurs.

La conférence ayant été enregistrée tout ce qui est dit dans ce message pourra être vérifié.

Pour la Communauté Congolaise de la Région Métropolitaine de Washington, DC

Joseph SANGANO
josephsangano@hotmail.com