Accueil
Page P.E. Lumumba
Page P. Mulele
Page L.D. Kabila
Discours de J. Kabila
Crimes du Mobutisme
Briefing Actualité
Liens
Communiqués
Qui sommes-nous?
Contact
Actualites internationales
Votre réaction sur ce site

Archive d'articles
Archive des réactions de 2003-2004


Commémoration du 35ème anniversaire de la mort de Pierre Mulele

République Démocratique du Congo - RDC
17 maiI 1997 / 17 mai 2005

8 ans de la fin du système sanguinaire, terroriste, criminel et génocidaire

Jean-Jacques Ngangweshe, Chercheur au BEC, Paris 16/05/2005

Le 17 mai 2004 sous le signe de crimes contre l’Humanité, de crimes de guerre et du génocide congolais: 4.000.000 de morts, non à l’impunité des crimes en RD Congo

Chers compatriotes,
Peuple Congolais,

Le 17 mai 1997, est une date illustre qui restera à jamais dans les mémoires, mais, hélas, la joie du peuple congolais est très vite assombrie par les cris et les pleurs des congolais morts à la suite du génocide dont nous sommes victimes. Ainsi, le huitième anniversaire de la libération est pour moi une journée de recueillement en mémoire de nos martyrs victimes de crimes contre l’humanité, de crimes de guerre et de génocide. Le génocide de 4.000.000 millions de victimes civiles innocentes que l’ONU et les Institutions Internationales sont en train de jeter dans les oubliettes de l’histoire.
Un triste anniversaire dont nous ne pouvons fêter l’événement, puisque notre pays subit l’occupation meurtrière des armées génocidaires du Rwanda, de l’Ouganda et du Burundi d’une part, et surtout à cause du retour des criminels génocidaires mobutistes au sommet de l’Etat.
Un jour viendra où la paix règnera au Congo ;
Un jour viendra où la paix règnera dans la région des Grands Lacs ;
Un jour viendra où les peuples de la région des Grands Lacs vivront ensemble dans la paix ;
Un jour viendra où la paix et la fraternité règneront en RD Congo, alors, nous pourrons fêter le 17 mai tous ensemble sur un territoire national entièrement libéré.

Peuple congolais, nous devrions suivre l’exemple des autres peuples opprimés en lutte qui n’organisent pas de festivités tant que les leurs sont massacrés par les ennemis de leur pays.

1874 à1997: fin de 123 ans de système colonial, du néocolonialisme et de l'esclavagisme

Certes, le 17 mai 1997 est une journée historique marquée par la fin de plus de 123 ans du système colonial et néocolonial. Marquée aussi par la fin du servilisme impérialiste et aussi du pouvoir néocolonial de Kasa-Vubu, et la fin de trente deux ans du régime crimino-génocidaire et néocolonial de despote tyran sanguinaire du MPR Joseph Désiré Mobutu Sese Seko.

A cet effet, l’honneur m’échoît de déclarer solennellement :

Honneur aux victimes congolaises et aux martyrs persécutés par le système impérialiste, capitaliste, colonialiste et néocolonialiste de 1874 à 1997 : plus de 123 ans ;

Honneur à tous les jeunes enfants Kadogo morts au combat à la fleur de l’âge pour la liberté des congolais ;

Honneur à tous les camarades morts par les balles ennemies et par les complots de nos ennemis étrangers et congolais, je pense au vaillant Commandant Laurent Désiré Kabila mort à la suite d’un complot ourdi par les puissances occultes qui dirigent le monde, et au Commandant Kisase Ngandu assassiné par un peleton d’exécution sous les ordres du commandant en chef de l’APR Paul Kagamé (Armée Patriotique Rwandaise), parce qu’il avait refusé l’épuration ethnique des hutus Rwandais par l’armée mono-ethnique des tutsis Rwandais et aussi pour avoir dénoncé le génocide des hutus commis par le commandant James Kabahere ;

Honneur à tous les congolais qui ont été au front, armes à la main contre la dictature mobutiste ;

Honneur à mes amis et à mes compagnons de la première heure politico-militaires tombés pour la liberté du Peuple congolais ;

Honneur aux paysannes et paysans congolais qui ont participé à la guerre de libération Honneur aux combattants étrangers et à tous les anonymes morts pour les congolais.

Que leurs âmes reposent en paix.

Le 17 mai est une journée de fierté personnelle pour ma participation personnelle à la guerre de libération du peuple congolais et à la chute du système tyrannique et dictatorial le plus sanglant d’Afrique. Je suis aussi fier de rester intègre, immaculé et surtout de défendre les droits des pauvres, l’égalité entre les peuples, la fraternité et la justice sociale.

Non à l'impunité des crimes en RDCongo

La victoire du 17 mai 1997 est avant tout une victoire du peuple Congolais et non des génocidaires du Peuple Congolais, Paul Kagamé - Président du Rwanda, Yoweri Kaguta Museveni - Président de l’Ouganda, Pierre Buyoya - Président du Burundi et de leurs complices traîtres génocidaires congolais du RCD/ Goma et du MLC, qui pullulent dans le Gouvernement, dans le Parlement et dans le Sénat, imposés par l’ONU: Jean-Pierre MBemba, Azarias Ruberwa, Adolphe Onosumba, Emile Ilunga Kalombo, Ernest Wamba dia Wamba, Arthur Zhaidi Ngoma, Olivier Kamitatu et compagnie.

La défaite des armées Rwandaise, Ougandaise et Burundaise les 26, 27 et 28 août pendant la guerre de Kinshasa, la capitale de la RDC, a démontré au monde la vérité historique sur la victoire du 17 mai 1997. Les armées étrangères puissamment armés ont été décimées par le peuple. Seul le peuple peut renverser des montagnes et écrire en lettres d’or une nouvelle histoire, comme celle du 17 mai 1997.

Le mot d’ordre national est la lutte contre l’impunité des crimes en RD Congo. Nous devrions tous nous lever comme un seul homme et combattre l’impunité : des crimes des impérialistes au Congo, des crimes Mobutistes, des crimes de Kagamé, des crimes de Museveni, des crimes du RCD et du MLC.

Jean-Jacques Ngangweshe
Contact : ngangweshe@hotmail.com : Site : deboutcongolais.info

Génocide congolais : honte pour l'humanité entière qui laisse des armées bien équipés décimere des civils innocents.

Des enfants congolais, des femmes, des familles sans défense, massacrés par l'APR de Paul Kagame et l'armée ougandaise de Yoweri Museveni avec les traitres congolais du MLC de Jean-Pierre Bemba et d'Olivier Kamitatu, ainsi que le RDC d'Azarias Ruberwa, d'Adolphe Onusumba, d'Arthur Zahidi Ngoma, d'Ernest Wamba dia Wamba et d'Emile Ilunga Kalombo.

Comment décrire cette horreur, la réalité de cette guerre d'agression, rendu possible par la collaboration de certains "congolais"?
Personne ne pourra oublier ces images qui décrivent la réalité du génocide congolais :
La justice et le droit vaincront, Vive le Peuple Congolais,

Les 4.000.000 de victimes congolaises réclament la justice



Jean-Jacques Ngangweshe
Contact : ngangweshe@hotmail.com : Site : deboutcongolais.info