APARECO TERRORISE LES CONGOLAIS A PARIS

LES TERRORISTES D’APARECO POSSEDAIENT DES CUTTERS DANS LA SALLE

COMME LES TERRORISTES DU 11 SEPTEMBRE 2001, L’APARECO utilise le mode opératoire d’Al-Qaïda.

Vendredi 22 juillet 2005, 19 heures 40 minutes, dans la salle de conférence d’Eurosites, sis 69 avenue de la Chapelle à 600 mètres du trou du métro Porte de la chapelle à Paris, le groupe terroriste APARECO créé par le tristement célèbre «Terminator», ancien patron de renseignements militaires et policiers, ex-patron des services secrets du régime sanguinaire de Mobutu, Honoré Nbganda Zambo Ko Atumba a récidivé avec les méthodes terroristes des anciens militaires d’ex-FAZ «hiboux» et du « SARM». Les hiboux qui ont tué de nombreux opposants politiques, des étudiants et des civils ; de nombreuses disparitions et condamnations extrajudiciaires ; la torture et les massacres systématiques des innocents à l’époque de la deuxième République.

Malheureusement le vendredi soir, le monde fut frappé par le terrorisme international. Les terroristes ont frappé sauvagement la ville de Charm El-Cheikh en Egypte avec plus de 80 morts. L’Irak et la Grande Bretagne furent secoués par les bombes terroristes, les Congolais de Paris ont été aussi terrorisés par les anciens terroristes du commando « hibou » et des « ex-DSP et ex-FAZ » du tristement célèbre « terminator» Nbganda Zambo Honoré. Ces anciens hiboux et militaires du « SARM », aujourd’hui demandeurs de la protection et d’asile politique sont des criminels notoires connus des congolais. Certains ont même obtenu la qualité des réfugiés politiques. Nous savons tous que la convention de Genève ne protège pas les anciens tortionnaires et criminels, au contraire elle les traduit en justice. La plupart des hiboux vivent en France illégalement sans respect de la loi française et travaillent comme des agents de sécurité dans les magasins et les gares SNCF de la région Parisienne pour traquer les anti-mobutistes, en particulier la Gare du Nord. Les pauvres Français vivent quotidiennement avec les militaires d’ex-FAZ tueurs en série sous la dictature de Mobutu.

Le « terminator » terroriste des Congolais connu pour avoir organisé et planifié avec Koyagialo « l’opération LITITI MBOKA », le massacre des étudiants de l’Université de Lubumbashi en 1990 plus de 600 morts, ensuite le massacre des chrétiens le 16/02/1992 plus de 80 morts, le massacre des étudiants du Campus Universitaire de Kinshasa 350 morts, le massacre des étudiants de L’IBTP (Institut des Bâtiments et de Travaux Publics), 110 morts, plusieurs massacres des militants de l’UDPS à Limeté, à la place Victoire, sur le boulevard Lumumba, dans la résidence de Kibassa et de Tshisekedi. Connu aussi pour avoir organisé et planifié le génocide de Baluba au Katanga avec Nguza Karl-i-Bond plus de 10.000 morts, il récidive à Paris avec le mode opératoire des terroristes du 11 septembre d’Al-Qaïda dont l’utilisation des cutters.

Paris, vendredi 22 juillet 2005, 18h30, la porte est ouverte, les congolais remplissent la salle de conférence, un organisateur demande d’observer une minute de silence pour tous les morts Congolais et l’hymne national fut chanté. 18h 37, la conférence débute, les congolais d’Europe étaient invités, la salle de 400 places était bondée du monde, la chaleur était étouffante, Jean-Paul Kasende et les personnes assisses à côté des fenêtres ouvriront les fenêtres pour permettre aux gens de bien respirer, cet acte sauvera la vie de personnes dans la salle plus tard. Le conférencier débute avec une habilité remarquable, il retrace l’histoire de la longue transition au Congo en commençant par la période du dictateur sanguinaire Mobutu Sese Seko. Ensuite, il retrace la période de Laurent désiré Kabila : (l’ex-AFDL, la chute de Mobutu, l’Agression de la RDC par les armées étrangères, les différents accords et négociations, la transition, le Gouvernement de 1+4, les élections, le recensement et la journée du 30 Juin 2005). Pour la date du 30 juin, le conférencier dira je cite « le 30 juin 2005, il y a eu de morts mais pas l’apocalypse comme on l’avait prédit par beaucoup de gens ». Henri Muke de BANACONGO le qualifie de Rwandais, Vital Kamerhé répond en lingala Kinois, « nazali congolais ». Henri et Flory restent debout et insultent Kamerhé. Ce dernier ne répond pas, il continue son discours. Après cinquante minutes de discours du conférencier principal, l’assistance suivait attentivement, soudain, une personne du commando de l’APARECO a commencé à interrompre verbalement le conférencier. Comme leurs amis diaboliques du 11 septembre 2001, l’un d’eux s’est levé et a circulé dans la salle au moment où le conférencier en la personne de Monsieur le Secrétaire Général du PPRD Vital Kamerhé poursuivait son discours.

Soudain, deux personnes se sont levées et ont insulté Monsieur Kamerhé, ensuite 4, 5 et 10 membres du commando terroriste de l’APARECO ont commencé à lancer des chaises sens dessus et dessous, le temps que l’assistance réalise la terreur qu’elle est en train de vivre, les bombes lacrymogène et d’ammoniaque sont lancées dans la salle, quelques personnes reconnaissent les visages des « ex-commando hibou ». Ces derniers progressent dans la salle avec des cutters pointés en direction des gens indignés. Ils terrorisent tout le monde ainsi que les vigils de la société de sécurité. Les vigils contactés par Gina Efonge, le chanteur congolais, pour la sécurité interne de la salle. Les véritables témoins de l’enquête policière.

Ces terroristes ont commencé à se diriger en direction de Vital Kamerhé le menaçant de mort avec les cutters ; ils terrorisent deux femmes Maman Dimitri et une femme congolaise professeur du Lycée à Paris, ensuite deux hommes sont jetés à terre par Henri Muke Disuishe le Président du commando BANA CONGO. Maman Dimitri avance vers Henri, elle lui dit « botika kosala boye », Henri jette au sol Madame Dimitri, il lui asperge la bombe lacrymogène et la bombe ammoniacale en plein visage, l’autre ex-FAZ assis à côté de Henri Muke sort son cutter, l’homme est grand de taille visage dépigmenté par les produits éclaircissantes, expression de colère et de haine sur son visage.

Didier RAMAZANI profère des menaces de mort à Kamerhé « toko boma yo, toko boma yo Rwandais, tokotala ndege okobima awa lelo, okokufa, oyebi biso ba nani ? Ba ancien commando hibou toko barrer yo lelo. » « Mama na yo, Rwandais toko tia yo toungle ». L’autre membre du commando grand noir son nom serait ESALO suivit par Guy KIZIZIE tentent de gifler le conférencier en la personne de Vital Kamerhé. Ainsi, à 22 heures 10, Monsieur Kamerhé sera évacué de la salle par les gendarmes anti-émeutes et les policiers CRS.

L’assistance sera tabassée par les terroristes de Bana Congo, monsieur Yves Kambala, Jacques Kitchindja et Constant Lomata seront tabassés par ordre de Henri Muke. L’assistance sera évacuée par les cordons des CRS et conduite dans les autocars. 23 heures les BANA CONGO et TOPONI CONGO commencent à casser les voitures de paisibles français. Les ex-FAZ ont volé les affaires dans des voitures cassées. Les manifestants dehors sont dirigé par Lemy LESIKA, para commando formé en Israël, l’ancien garde corps de la ceinture rapprochée de Mobutu qui avait assassiné l’ancien Ambassadeur de France à Kinshasa Son Excellence Philippe Bernard. Les manifestants comme des moutons de panurges sont chauffés à blanc par les autres ancien hibou.

Heureusement l’Etat de droit avait prévu un dispositif minimum de sécurité géré par une femme dynamique. Les renforts des gendarmes anti-émeutes sont arrivés en force pour neutraliser les renforts des hommes de Nbganda qui grossissaient chaque minute. Mais je sais que l’Etat de droit gagnera le combat contre les anciens flics de Mobutu. La préméditation de la terreur est un fait avéré, parce que les membres du commando sont entrés dans la salle avec des cutters, des bombes lacrymogènes et des bombes en gaz d’ammoniaque. La présence des cutters et d’un revolver dans le sac d’un ancien ex-Faz assis devant Henri Muke confirme la préméditation de la terreur. Ils sont venus avec l’intention de nuire et de tuer. Selon d’autres sources d’informations Nbganda aurait payé 100 Euros à chaque membre du commando de l’APARECO-BANACONGO et 50 euros aux agitateurs de TOPONICONGO.

C’est quoi l’APARECO ? C’est une nébuleuse terroriste créée par Nbganda Zambo Honoré «terminator »l’ancien Ministre de la Défense et Conseiller spécial en matière de sécurité du dictateur Mobutu.
L’APARECO est composée d’anciens para commando d’ex-FAZ et de la DSP (Division Spéciale Présidentielle), d’anciens militaires du SARM (Service d’Action et de Renseignements Militaires), d’ancien soldats du commando HIBOU et des quelques rescapés escrocs de l’administration de la deuxième République du Zaïre. L’APARECO est un groupe qui a des ramifications avec les associations intitulées les BANA CONGO de Henri MUKE et TOPONI CONGO de Candide OKEKE. Les Banacongo et Toponi Congo comptent dans leurs rangs les ex-DSP, les ex-membres du SARM et des ex-FAZ. Ces groupuscules sont plus violents que l’APARECO, ils opèrent ensemble sur les lieux de terreur avec le mode opératoire du 11 septembre 2001, les cutters pour trancher les gorges des personnes qui ne pensent pas comme eux.

Les financiers de cette nébuleuse sont le Pasteur Shungu et le Pasteur Louis Moke. L’ex-Lieutenant Moke converti en Pasteur utilise l’argent des fidèles pour les opérations de sabotage. Le « terminator Nbganda » lui a promis le poste du Premier Ministre dans le cas d’une victoire des Mobutistes selon les sources de Nbganda Honoré. L’Eglise «L’ARCHE DE PAIX » du pasteur Louis Moke se situe au chemin de cornillon de la Plaine Saint Denis 93000, à 800 mètres du Station de RER la Plaine Saint Denis. Son Eglise est truffée d’anciens hiboux et garde corps de la ceinture rapprochée de Mobutu à l’instar de Flory qui est aujourd’hui le surveillant de l’église et garde de corps de Louise Moke.

Le Pasteur Shungu finance et participe dans des manifestations en France et en Belgique, En Belgique on l’avait vu casser des voitures. Il gère l’agenda de Nbganda et organise ses rencontres et réunions à l’Hôtel Ibis de Choisy le Roi à côté du Centre Commercial. Ces deux pasteurs prêchent pour la réussite de Nbganda. Ils vident les caisses des leurs églises pour les actions et les activités du « Terminator ».

Nbganda lui-même définit son appareil terroriste APARECO comme « L’Alliance des Patriotes pour la Reconstruction du Congo ». Etant lui-même flic, il est en train de défier les flics européens, parce qu’il a déjà menacé de mort Monsieur Louis Michel, le Commissaire Européen et les Bana Congo ont en ligne de mire José Manuel Baroso, le Président de la Commission Européenne. Honoré Nbganda porte dans ses mains le sang des intellectuels Congolais qui pouvaient un jour développer notre cher patrie.
Leur faiblesse majeure c’est le débat intellectuel, le débat d’idées. Ils brillent de la médiocrité sur les débats culturel, social, industriel, scientifique et technique pour le développement de notre Pays. La discussion contradictoire sur le développement industriel et technologique de la République Démocratique du Congo est leur bête noire. Pour preuve pendant 32 ans ils n’ont fait que détruire au lieu de construire le Congo

Il est évident que ces hommes de Mobutu ont commencé en 1966 par la casse de l’Education en R.D. Congo. La fermeture des Instituts d’enseignement supérieur et Universitaire, ensuite la fermeture et la suppression de L’ENDA (Ecole Nationale des Droits et de l’Administration) l’équivalent de l’ENA en France. Nous nous souvenons encore de la joie de Nbganda, Mokolo et Kamanda à l’époque de la fermeture de L’ENDA. Le pillage et la fermeture répétée de l’IBTP (Institut de Bâtiment et de Travaux Publics) la seule et l’unique école qui avait la vocation de former les ingénieurs et architectes en Afrique Central. L’objectif premier d’APARECO est d’abroutir les Congolais en Europe comme Nbganda l’avait déjà fait depuis 30 ans dans l’ex-Zaïre, ainsi ces compatriotes ne seront pas intégrés dans l’effort d’intégration que le gouvernement français est en train de bâtir.

Le livre de « « Terminator » n’explique rien du marasme économique, financier, social et culturel. Son livre n’explique pas que le développement du Congo en 1960 dépassait tous les pays d’Afrique et en particulier l’Afrique du Sud, le Nigeria aussi le Portugal, le Canada et les 7 dragons d’Asie ; il n’explique pas la banqueroute financière, la situation exsangue de l’économie Zaïroise, la paupérisation et la clochardisation des congolais, la destruction de l’Enseignement et de l’Eduction nationale. L’inversion des valeurs morales et la dépravation de mœurs, la sous-alimentation et le non paiement des salaires. La dette extérieure de 17 milliards de dollars, la destruction des infrastructures de base hospitalières, routières, électriques, industrielles ; La démolition de l’industriel et du tissu économique, La destruction du premier parc automobile d’Afrique à l’instar de : la société de transport TCL (Transport en Commun de Léopoldville) ensuite TCC (Transport en Commun du Congo), la destruction de la société GECAMINE, Kilo Moto, Onatra ferroviaire, maritime et chantier naval, CMC (Compagnie Maritime du Congo). La démolition de l’Armée, la Police et la gendarmerie. Son livre ne parle pas de crimes économiques et financiers, ni de crimes physiques, de crimes contre l’humanité, de crimes de guerre, de disparition sommaires et systématiques des intellectuels et d’opposants. Pire Nbganda ne parle pas de la destruction de l’Etat, de l’institutionnalisation de la corruption et de détournement de l’argent de l’Etat, il ne parle pas des pillages organisés et planifiés. Son livre ne parle pas des condamnations sommaires et extrajudiciaires, ni de 3.000.000 de morts tués par Mobutu pendant 37 ans de règne. Mobutu et Nbganda ont reculés le développement de la RDC à l’âge de la pierre taillée, l’ex-Zaïre avant dernier devant le Niger. C’est un livre fait par un malfrat qui accuse les autres de crimes sauf lui-même. C’est l’ange de la paix « terminator » de son état, le pasteur et prédicateur Nbganda Zambo « terminator de Dieu et de son fils Jésus Christ».

Je pense que les Etats de droit, tels que la France, la Belgique et l’Union Européenne devraient le tenir à l’œil, l’Interpol devrait savoir ses mouvements et gestes. Ngbanda l’avait promis, il est en train de le réaliser, la terreur dans le monde politique Congolais en Europe. Il prétend lui-même être supérieur aux Français et aux belges pour avoir a été formé par la CIA Américaine et le MOSAD Israélien. Selon lui, ils sont supérieurs aux Européens. Le flic Honoré Nbganda Zambo Ko Atumba était dangereux et reste toujours dangereux. Le « terminator » ne changera pas, sa mission est de terroriser les anti-mobutistes en Europe et récupérer les congolais faibles d’esprit. Enfin, L’Interpol, la DST, le RG et les services secrets Occidentaux ont du boulot.

Paris, 24 juillet 2005
Politologues
Antoine Kabamba Tshikayi et JNM