Les preuves: Bush continue à armer le Rwanda

Solidaire, Bruxelles - 10-08-2005

Fin 2004, le surplus d'armes des dépôts nationaux de Bosnie-Herzégovine a été acheminé en secret vers le Rwanda, sur ordre du général américain commandant à l'époque les troupes de l'Otan.

Le rapport d'Amnesty International, daté du 5 juillet, Arming the East (Armer l'Est), mentionne une longue série de livraisons d'armes dans lesquelles sont impliquées toute sorte de compagnies obscures qui collaborent avec les autorités américaines.

Nous ne retenons que deux exemples frappants parmi une très longue liste.

En 2003, une firme installée au Rwanda utilisait deux avions DC-8 pour transporter des armes de l'Europe de l'Est au Rwanda. La firme avait acheté les deux appareils auprès des Etats-Unis, en mai 2002, pour la somme symbolique de 10 dollars! Les appareils avaient transporté entre autres 3,5 millions de munitions de balles de è,26 mm de l'Albanie à Kigali. Ce seul chargement représente déjà plus d'un tiers de la production annuelle prévue de l'usine de munitions New Lachaussée pour laquelle, récemment, le gouvernement de la Région wallonne a retiré la licence. Durant toute l'année 2004, ces avions n'ont par ailleurs cessé de transporter des armes de l'Europe de l'est vers le Rwanda.

Le 18 novembre 2004, le gouvernement de Bosnie-Herzégovine et le commandant américain des troupes de l'Otan dans ce pays décidaient de vendre au Rwanda les surplus des dépôts nationaux de munitions. Après de véhémentes protestations de la part des représentants de l'Union européenne, qui étaient sur le point de reprendre le commandement des troupes de l'Otan, ce plan a été officiellement abandonné le 11 décembre 2004. Mais le rapport d'AI signale une série de vols suspects au cours des jours suivants et conclut: «Une possible explication à tout ceci pourrait être que les Services de sécurité des Etats-Unis ont mené une opération secrète afin d'acheminer quand même les armes vers le Rwanda, en dépit des protestations de l'Union européenne.»

Malgré le retrait préalablement annoncé des troupes rwandaises du Congo, en octobre 2002, et malgré l'accord de paix d'avril 2003, le président rwandais Kagame a déjà menacé ouvertement la paix à plusieurs reprises. « Le Rwanda se réserve le droit d'envahir le Congo à tout moment», a-t-il déclaré. En décembre 2004, Kagame a même annoncé ouvertement que ses troupes allaient entrer au Congo et c'est effectivement ce qui s'est passé un peu plus tard. De telles agressions ne peuvent rester impunies que grâce au soutien politique et diplomatique affirmé des Etats-Unis.

Mais Bush va encore plus loin : il continue également à soutenir les plans d'attaque de Kagame contre le Congo par le biais de transports d'armes. Si le gouvernement belge veut s'atteler réellement à installer la paix en Afrique centrale, il doit exiger que les Etats-Unis mettent immédiatement fin à de telles opérations secrètes.