Déclaration pour la défense de la SNEL

 

« Non à la prédation de la SNEL»

Nous, Agents Patriotes de la SNEL, réunis au sein du Comité de la défense de la SNEL en sigle « CDS », soucieux d’une bonne gestion de l’entreprise et des intérêts des travailleurs, déclarons que la décision du gouvernement de transition et du parlement de la RDC nommant des nouveaux mandataires d’Etat pour gérer des entreprises d’état dont la SNEL, n’a obéi à aucun des critères objectifs nécessaires pour la bonne gestion de ces entreprises, à savoir :

La Compétence, l'expérience, la connaissance dans le domaine d’activités spécifiques de ces entreprises.

A la SNEL, les nouveaux mandataires nommés, à l’exception de l’ADG, ne savent pas comment on produit, on transporte, on distribue l'énergie électrique.

Les raisons de ces nominations sans souci de performance n’étant que politiques, (partage des gateaux-entreprises) les travailleurs de la SNEL ne doivent se faire aucune illusion sur les intentions de ces prédateurs promus.

Ceux-ci ne sont placés dans ces entreprises que pour leurs propres intérêts et pour l’intérêt de leurs partis « preneurs » (RCD, MLC, et autres du même genre). Ils viennent pour piller, détourner des fonds, des recettes des entreprises pour préparer les élections au bénéfice de ces partis.

Mais qui ne sait pas que ces partis, ayant collaboré avec des agresseurs Rwandais et Ougandais dans la guerre d’agression dont le pays (RDC) était victime, sont responsables de la mort de 4.000.000 de Congolais ?

Mais les recettes de la SNEL, au lieu de servir les intérêts des prédateurs naguère belligérants, doivent servir à améliorer la production, le transport, et la distribution de l’énergie électrique au bénéfice des masses populaires du Congo d’abord, et d’Afrique ensuite. L’électrification des villes et campagnes du Congo, où les masses populaires n’en jouissent pas encore, doit être la grande priorité de l’entreprise. La politique du pays en matière d’énergie doit en faire aussi une priorité.

A la SNEL, les travailleurs doivent à toute occasion dénoncer tout acte de mauvaise gestion commis par des nouveaux mandataires prédateurs de quelque nature qu’il soit (détournement des fonds, bradage du patrimoine de l’entreprise, de l’énergie électrique, clientélisme, corruption, etc).

Ils doivent être à tout moment prêts, dès qu’il y a preuve de mauvaise gestion, à faire une grève générale (à Kinshasa, dans des provinces) pour exiger le départ immédiat des prédateurs de la SNEL.

Le Comité de la Défense de la SNEL invite tous les responsables des services et directions des entreprises d’Etat, surtout de la SNEL, à la vigilance pour dénoncer obligatoirement, publiquement, pour l’intérêt de la Nation, tout acte de mauvaise gestion décelé dans la gestion de ces entreprises (par la presse publique, par pétition et autre moyen de pression populaire des travailleurs).

LE COMITE DE LA DEFENSE DE LA SNEL (CDS)
Pour tout contact :E-mail : snelcds@yahoo.fr