Actualités

 


Qui sommes-
nous?

 

Page Lumumba

 

Patient Mwendanga déniché par les congolais vivant a Anvers

Par A.R. Lokongo, 1 octobre

C'est à Anvers que s'est réfugié Patient Mwendanga, l'ancien gouverneur du Sud Kivu. Mais pour les réfugiés Congolais vivant dans la ville portuaire belge, ce nom leur donne des insomnies. Comment se fait-il qu'un homme qui a commandité les massacres au Kivu vit maintenant parmi eux?, se demandent-ils. Mais ils veulent allez plus loin. Saisir la justice belge et porter plainte contre l'ancien gouverneur pour qu'il reponde à ses actes criminels. C'est ce que rapporte le quotidien belge Le Soir, dans son édition du 30 septembre 2003. Dans un article signé Colette Braeckman, Le Soir a révelé qu'il est de notoriété publique que de nombreux Mobutistes «pour qui Joseph Kabila reste un homme à abattre» essaient toujours d'organiser avec l'aide des mercenaires déjà récrutés depuis Bruxelles, un coup qui ferait basculer le pouvoir à Kinshasa. Leur chef defile n'est autre que l'ancien redoutable boureau de Mobutu. Nous avons cité Baramoto Mkapa.

Mais l'opinion Congolaise en Belgique, estime notre consoeur Colette Braeckman, se demande pourquoi l'un des plus rédoutés séides (un fanatique aveugle) de Mobutu à qui fut imputé le massacre des étudiants de l'Université de Lubumbashi en 1990, et qui fut dernièrement obligé de passer un mois au centre 127 bis avant que soit réfusée sa demande d'asile politique, a pu quitter le sol belge pour se rendre aux États-Unis -- où il a été reçu par la «Heritage Foundation», un «think-tank» (établissement de recherche et de conception des idées politiques et commerciales) qui aide le parti républicain conservateur de George W. Bush à formuler sa politique étrangère ? Les Américains ont-ils encore un agenda caché au Congo? ˆ alors que son passeport était périmé?

Malgré la main tendue du Président Joseph Kabila à la Belgique et les protestations d'amitié du Ministre des Affaires Étrangères Louis Michel (attendu d'ailleurs à Kinshasa avec son collègue de la Coopération Étrangère, Marc Verwilghen), la Belgique sert-elle de base arrière aux Mobutistes revenchards? Notre consoeur Colette Braeckman n'hésite pas à prévenir le Chef de l'État Congolais que «lorsqu'il viendra en Belgique, il aura intérêt à porter un gilet pare-balles».

En effet, le Président Congolais est attendu à Bruxelles en novembre prochain, à l'issue d'une visite officielle de plusieurs jours en France puis en Grande Bretagne.

Notre consoeur Colette Braeckman estime que le train de la transition ayant définitivement quitté la gare affiche comme principale qualité le fait d'avoir fait monter tout le monde à bord.
Alors pourquoi toutes ces agitations à Kinshasa (insécurité, rumeurs, craintes et informations faisant état d'un complot destiné à abattre le Président Kabila, saisie d'armes et d'uniformes à Kingabwa, commune de Limete, non loin du quartier général d'Etienne Tshisekedi), à Brazzaville, à Libreville, à Bruxelles et à Goma, où une nouvelle rébellion risque d'être déclenchée par le Rwanda à travers «les disciples de Masasu du RCD»; malgré le doute qu'un tel projet serait salué par un desaveu de la communauté internationale et les réticences des troupes et officiers subalternes fatigués et moins désireux de s'engager dans une nouvelle aventure militaire que de s'intégrer peu à peu dans la nouvelle armée nationale?

Selon Colette Braeckman, il y a bel et bien certains «jusqu'au boutistes» pour qui le temps presse: d'ici quelques mois, l'accélération des événements sera devenue irreversible. Ces fameux «jusqu'au boutistes» voudraient donc tenter de faire dérailler le train de la transition et écarter le Président Kabila, son conducteur principal. Il y a donc des enjeux qui doivent être pris au sérieux.

Malheureusement, pendant les Congolais vivant à l'étrangers commencent à «dénicher» certains comploteurs, «nos excellences les ministres» certains ayant du sang sur leurs mains, se la coulent douce et «nos honorables les deputes, ces mandataires non élus», dont la plus part ne sont pas en contact avec leurs bases, usurpant donc par là les prérogatives qui reviennent aux chefs coutuniers, se battent bec et ongle pour que leurs émoluments soient augmentés à la hauteur des salaires ministériels. Pendant ce temps le peuple meurtri par 37 ans de dictature et cinq ans de guerre d'aggression croupit dans une misère infrahumaine. Ça nous rappelle la prémière loi que les deputes ont voté en 1960: l'augmentation de leurs émoluments (comme l'histoire se répète au Congo!).Eux au moins ont été élus et n'ont pas «cascadés» pour que leurs noms figurent dans la liste!

 

Incident regrettable : un garde de Ruberwa sème la panique avec son revolver chargé à l’entrée du premier conseil du gouvernement présidé vendredi par le Chef de l’Etat

Après une crise inutile, les ministres Rcd et Mlc prêtent serment ce Jeudi

Transition piégée: Bizima Karaha prend le pouvoir à Kinshasa entre le 25 juillet et le 15 août 2003

 

Présentation de neuf prisonniers rwandais capturés à l'Est de la RDC

Armée : la proposition du gouvernement met le Rcd-Goma K.O.

L'armée rwandaise a utilisé des hélicoptères lance-flammes dans la conquête de Kanyabayonga

La France prête à diriger une force à Bunia

Bunia: la Monuc dénonce les menaces de Thomas Lubanga contre les déplacés de guerre

Commission de suivi: les décisions prises ensemble sont d’application en attendant le retour du Rcd à Kinshasa

Commission de suivi : mise sur pied d’un nouveau calendrier : Arthur Z’Ahidi Ngoma confirmé Vice-Président de l’opposition

Le Général-Major Joseph Kabila a présidé ce samedi un grand défilé militaire à Kinshasa pour commémorer le 6ème anniversaire de la révolution du 17 mai

Un membre du Rcd-Goma forge l’alibi à Kinshasa

Massacres de l’Ituri : accords de cessez-le-feu à Dar-en-Salaam

La Monuc laisse Kagame et Museveni poursuivre la guerre en R.D.C. alors que Joseph Kabila a tout concédé

L’Upc ayant reconquis Bunia; probable retour des troupes ougandaises en République Démocratique du Congo

Une marche réclamant le retour de la paix en RDC organisée mercredi le 23 avril à Kinshasa par Werrason



Réportage avec photos sur digitalcongo.net


"Le Congo a un besoin crucial des nationalistes sérieux"

Dans un interview avec digitalcongo.net du 11 avril 2003, Ludo Martens fait le point de la situation politique au Congo