Actualités

 


Qui sommes-
nous?

 

Page Lumumba

 

L'ambassadeur Britannique en RDC sur le point de créer un incident diplomatique entre Kinshasa et Londres

L'Avenir: Kinshasa , 21.06.2002

Des propos jugés de discourtois vis-à-vis du gouvernement de Kinshasa ont été tenus par l'ambassadeur de Grande-Bretagne en RDC, M. Jim Atkinson, dans son discours à la réception organisée mercredi en sa résidence à l'occasion de la commémoration de l'anniversaire de la Reine Elizabeth II. Le diplomate représentant le Royaume Uni a declare notamment : « Nous voulons aider le Congo. Nous sommes prêts. Mais notre marge de manoeuvre est très limité dans la mesure où il n'existe pas de gouvernement national avec qui travailler ». Le premier devoir d'un ambassadeur ou diplomate est de créer les conditions pouvant favoriser des bons rapports entre son pays ou son gouvernement et le pays d'accueil. Malheureusement, cela n'a souvent pas été le cas pour certains diplomates des pays occidentaux.

En effet, on remarque que certains ambassadeurs qui représentent certaines puissances dans les pays africains ou ceux du tiers-monde se croient tout permis Ainsi, ils font des déclarations à l'emporte pièce, motivée par le souci de nuire à tout prix. C'est le cas des récents propos tenus par M. Jim Atkinson, ambassadeur britannique en République Démocratique du Congo. En effet, prenant la parole mercredi soir lors de la réception organisée en commémoration de l'anniversaire de la Reine Elisabeth II, il a déclaré qu'il n'existait pas en Rd Congo de gouvernement national avec qui son pays puisse travailler.

« Nous voulons aider le Congo Nous sommes prêt. Mais notre marge de manoeuvre est très limitée dans la mesure où il n'existe pas de gouvernement national avec qui travailler », a indiqué M. Atkison. Cherchant sans doute à atténuer ses propos incendiaires, l'ambassadeur britannique a précisé que par « gouvernement national », il fallait comprendre «un gouvernement vraiment inclusif qui représente la nation entière ».

Comme on pouvait s'y attendre, ces propos pleins de venin mortel ont provoqué une réaction plus qu'immédiate de la part de la République Démocratique du Congo. Hier matin, le ministère des Affaires Etrangères de la RDC a protesté contre les déclarations de l'ambassadeur Jim Atkinson, estimant qu'elles « n'engagent que lui et non son gouvernement», tout en promettant qu'il « exprimerait sa réprobation à M. Atkinson ».

Ce qu'il faut comprendre Les propos tenus par le diplomate britannique ne différent en rien avec la politique que mène le gouvernement de la Grande-Bretagne vis-à-vis de la Rdc, comme semble l'ignorer le ministère des Affaires étrangères congolais. Lorsqu'on sait qu'un ambassadeur ne peut se permettre de dire des choses qui soient contraires à la ligne politique prônée par son gouvernement, les déclarations de Jim Atkison cessent donc d'être des points de vue personnels. Pour qui suit avec attention l'attitude du gouvernement de Londres vis-à-vis de Kinshasa depuis le déclenchement de la guerre d'agression contre le Congo, comprendra que les propos de Atkinson traduisent fidèlement les intentions de son pays envers le Congo.

M. Léonard She Okitundu, ministre congolais des Affaires étrangères, se rappellera sans doute de l'une de ses missions effectuées à Londres, au moment où se déroulaient à Sun City les travaux du dialogue intercongolais. Cette fois-là encore, le gouvernement britannique n'avait pas mâché ses mots. Il n'a même pas cherché à encombrer ses phrases de formules diplomatiques. Sa position était claire : Londres avait décidé de soutenir le régime de Kagame, parce que « le Rwanda a une armée structurée! » Cette position n'appelle pas des explications pour être comprise. En âme et conscience, tenant compte des a opté pour une politique de soutien total au régime Kagame.

Ce soutien englobe tous les domaines : financier, technique, militaire, etc. Pourtant, le gouvernement de Kigali, qui continue à bénéficier de tous les soins de la part de certaines puissances comme la Grande Bretagne, n'est pas un « gouvernement national ». En d'autres termes, au Rwanda, il n'y a pas de gouvernement vraiment inclusif qui représente la nation entière, comme le veut l'ambassadeur Jim Atkison au Congo. Celui-ci a sans doute oublié que le gouvernement Afghan que son pays soutient avec ses pairs occidentaux est loin d'être un « gouvernement national » parcequ'il n'est pas « vraiment inclusif».

S'exprimant d'ailleurs à ce sujet, le président Afghan Hamide Karzaï déclarait il y a deux jours qu'aucun gouvernement ne peut satisfaire tout le monde. Le gouvernement britannique et son représentant au Congo Kinshasa ont sûrement suivi cette déclaration du président Karzaï. Cependant, la Grande-Bretagne n'a pas arrêté son soutien au gouvernement afghan. Le cas de la Rd Congo Que veut dire « un gouvernement vraiment inclusif qui représente la nation entière ».Pour le cas de la RDc ? Le Congo est un pays vaste de 2.345.000 km2, habité par plus de 60 millions d'habitants, riche de plus de 400 langues et ethnies.

Sur le plan politique, il n'a pas moins de 300 partis politiques. Donc, un gouvernement qui doit « représenter la nation entière» devra respecter toutes ces données. S'il faut se placer dans le cadre des pourparlers intercongolais, car c'est visiblement sur ça que Jim Atkison se penche, Londres n'ignore pas les positions des uns et des autres. L'accord de Sun City a été adopté presque par la communauté internationale comme étant « une avancée significative ».

Tout le monde exhorte le Rcd/Goma et ses alliés de l'ASD de rejoindre les signataires de cet accord. Malgré tous ces appels, le Rcd/Goma et alliés sont restés de marbre. Par ailleurs, personne, même pas Jim Atkinson, n'ignore que c'est le régime de Kigali qui décide à la place du Rcd/Goma, qui est en réalité la création de Kagame. Donc, le changement d'attitude du Rcd/Goma et de tous ceux qui ont choisi de se nourrir à la même table que les marionnettes de Goma dépend de la bonne volonté de Kagame.
Malheureusement, celui-ci est resté fermé à tous les appels privilégiant la négociation à la violence. La preuve, ses troupes à l'Est de la Rdc n'arrêtent pas de violenter la population.

Bref, mettre un terme à la guerre au Congo voudrait dire que les congolais doivent s'agenouiller devant Kagame et surtout accepter de gouverner le Congo ensemble avec le Rwanda est en réalité ce que voudrait dire Jim Atkinson lorsqu'il parle de « gouvernement inclusif ». Tout le monde sait que le jour où Kagame acceptera que le Rcd/Goma tombe d'accord avec les autres parties pour gouverner le Congo, ce sont les Rwandais, sous le label « Banyamulenge », qui seront désignés pour monter sur les trônes en lieu et place de Adolphe Onusumba ou Kin-Kiey Mulumba dont on n'entend du reste plus parler.

Dans l'entendement de Londres, un « gouvernement inclusif » devra impérativement incorporer ceux qui sont en train de violenter les populations civiles à Kisangani et dans tout l'Est de la Rdc, ça sera là une sorte de prime qu'on devra leur payer. Pour avoir perpétuer les massacres des Congolais grâce au soutien reçu de la Grande Bretagne les Anglais peuvent-ils accepter d'être gouverné par une équipe gouvernementale hétéroclite où se trouveraient des traîtres et des étrangers qui auraient massacré leurs concitoyens ? Sûrement pas. Alors, pourquoi l'Occident réclame aux Africains ce qui est quasiment impossible chez eux? C'est une insulte! Jim Atkinson n'a aucun regret pour les millions des Congolais massacrés par le régimeKagame que son pays soutient à bras le corps.

Tout ce qui l'intéresse, c'est de voir des Rwandais gouverner le Congo avant que son gouvernement ne libère la fameuse aide qui n'a jamais développé aucun pays africain, même pas celui de Rwanda. Car, malgré l'aide britannique don't il continue à bénéficier le Rwanda se retrouve parmi les pays les plus pauvres et les moins avancés de la planète. Alors, M. Atkinson, pensez-vous que l'aumône que pourrait verser votre pays à la Rdc permettra-t-il à ce pays de se développer?

Libre à vous de répondre ou non. Retenez tout de même que la véritable aide dont le peuple congolais attend de la part du gouvernement britannique que vous représentez en Rdc, c'est que Londres arrête d'armer Kigali contre le Congo, et que Tony Blair ait le courage d'obliger Paul Kagame de retirer ses troupes de la Rdc.

 

Incident regrettable : un garde de Ruberwa sème la panique avec son revolver chargé à l’entrée du premier conseil du gouvernement présidé vendredi par le Chef de l’Etat

Après une crise inutile, les ministres Rcd et Mlc prêtent serment ce Jeudi

Transition piégée: Bizima Karaha prend le pouvoir à Kinshasa entre le 25 juillet et le 15 août 2003

 

Présentation de neuf prisonniers rwandais capturés à l'Est de la RDC

Armée : la proposition du gouvernement met le Rcd-Goma K.O.

L'armée rwandaise a utilisé des hélicoptères lance-flammes dans la conquête de Kanyabayonga

La France prête à diriger une force à Bunia

Bunia: la Monuc dénonce les menaces de Thomas Lubanga contre les déplacés de guerre

Commission de suivi: les décisions prises ensemble sont d’application en attendant le retour du Rcd à Kinshasa

Commission de suivi : mise sur pied d’un nouveau calendrier : Arthur Z’Ahidi Ngoma confirmé Vice-Président de l’opposition

Le Général-Major Joseph Kabila a présidé ce samedi un grand défilé militaire à Kinshasa pour commémorer le 6ème anniversaire de la révolution du 17 mai

Un membre du Rcd-Goma forge l’alibi à Kinshasa

Massacres de l’Ituri : accords de cessez-le-feu à Dar-en-Salaam

La Monuc laisse Kagame et Museveni poursuivre la guerre en R.D.C. alors que Joseph Kabila a tout concédé

L’Upc ayant reconquis Bunia; probable retour des troupes ougandaises en République Démocratique du Congo

Une marche réclamant le retour de la paix en RDC organisée mercredi le 23 avril à Kinshasa par Werrason



Réportage avec photos sur digitalcongo.net


"Le Congo a un besoin crucial des nationalistes sérieux"

Dans un interview avec digitalcongo.net du 11 avril 2003, Ludo Martens fait le point de la situation politique au Congo