Actualités

 


Qui sommes-
nous?

 

Page Lumumba

 

De Londres ou il est de passage, un congolais interpelle Onosumba: «Le peuple Congolais n'aspire pas à une paix des esclaves !»

Par A.R.Lokongo

Il est très difficile de mesurer le bien-fondé du séjour de Adolphe Onusumba à Londres cette semaine. Mais à voir l'homme de près, il donne l'impression d'être non seulement un homme qui n'est pas libre, donc un prisonier dans une prison -à-ciel ouvert, mais aussi un homme dont la conscience est très chargée comme s'il a été catapulté dans une aventure meurtrière dont il ne peux pas et ne pourra jamais contrôler l'issue parcequ'il est tout simplement téléguidé.

Ce n'est donc pas une surprise que Onusumba, partout il a passé, Onusumba toujours accompagné de près par deux officiers Rwandais, a voulu bien cacher son passé et son présent criminelles derrière le titre de „Vice-Président de la République Démocratique du Congo‰ pour redorer son image pourtant irremediable, malgré l'accord de Pretoria. Car vouloir ou pas, protégés par des parrains puissants ou pas, Onusumba et consort doivent tôt ou tard répondre de leurs crimes contre l'humanité, et crimes économiques. Il n'y aura pas de reconciliation ni la paix au Congo sans la justice. On ne veut pas d'une paix des esclaves au Congo!

Entouré des Rwandais voulant toujours liquider ce qui reste du sytème Kabiliste, malgré tous les accords signés, il est très difficile pour Onusumba de changer son discours. Et le Parlement Britannique a constitué une plate forme lui offerte par le „Parliamentary Committee for the Great Lakes Region‰, - une commission parlementaire britannique très proche du Rwanda et de l'Ouganda, car elle a été instituée juste au lendemain du génocide de 1994 au Rwanda - pour étaler des mensonges et ainsi plaire à ses parrains Rwandais, Ougandais, Burundais, Américains et Britanniques.

Selon Onusumba, le «RCD-Rwanda» a signé l'accord de Pretoria parcequ'il était sous pression et voulait «mettre fin aux pertes des vies humaines», mais lui ne fait pas confiance «à un Joseph Kabila qui devait laisser l'institution ŒPrésidence de la République' vacante et qui tout le temps change sa position comme un cameléon».

Onosumba a une fois accusé le gouvernement de Kinshasa d'avoir déjà violé l'accord en armant les Interahamwe, Mbusa Nyamwisi et les Maï-Maï, un discours qu'on a déjà entendu mille fois. Il ausi accusé les alliés de Kinshasa de faire pretexte de se rétirer alors qu'ils restent encore sur place. Il a insisté qu'il n'y avait aucune guarantie pour sa sécurité à Kinshasa. A une question lui posé de fournir les preuves, Onusumba était resté vague: «On les répère facilement. Ils portent les ténues des FAC.»

Comme pour exploiter l'animosité du gouvernement britannique envers le Président Robert Mugabe et esquiver les preuves de pillages auquels les Rwandais et ses hommes se livrent, Onusumba a déclaré: «Les Zimbabwéens qui ont signé des contrats lucratifs avec Kabila ne veulent pas quitter. Ils ocntituent donc un obstacle majeur à la paix.»

Il a confirmé que son «mouvement disposait de 40,000 troupes de l'Armée Nationale Congolaise (ANC), verifiable par la MONUC et la communauté internationale en générale, tandisque quand Kabila est entrain de decevoir tout le monde en declarant que les FAC comprennent 50,000 hommes. «Où sont-ils, ces 50,000 hommes?,‰ s'est-il démandé.

Pour lui, les Rwandais ont pleinement droit de combattre aux côtés de «l'ANC», parceque c'est exactement ce uqe font le Zimbabwe, l'Angola et la Namibie du côté de Kinshasa. Que 5 million de Congolais aient été massacré par la coalition Anglo-Américano-Rwando-Ougando-Burundaise avec la complicité des soit-disant rebelles Congolais, pour Onusumba, il s'agit d'une pure propagande montée par le gouvernement de Kinshasa et les médias hostiles «à la lutte de libération!»

A une question lui posé si'il était en bonne rélation avec Jean Pierre Bemba et Wamba dia Wamba, il repondu qu'il n'y a aucun problème avec le premier, mais qui souvent ne s'engage que là où ses intérêts personels sont promus; et avec le deuxième il ne le trouve pas enclin à la réconciliation. «Tout ceux qui ont quitté le mouvement peuvent revenir. Il y en a qui sont revenu. Et maintenant Tsisekedi est avec nous.» Il a invité d'autres Congolais à rallier le mouvement.

C'est la raison pour laquelle, une fois alerté par une source confidentielle, seul contre tous, nous nous sommes décidé d'aller contre-carrer tous ces mensonges pour qu'une fois de plus, l'audience de Onusumba et les médias occidenatux présents ne les avalent pas sans confrontation comme ils ont l'habitude de le faire.

Nous sommes arrivé presqu'à la fin de la réunion quand le modérateur, Mademoiselle Ouna King (une Afro-Américaine) remerciait son hôte, Onusumba, lui souhaitant un bon voyage de retour dans son fief de Goma et exprimant le souhait de le revoir un jour à Londres comme «Président de la République» Nous nous sommes addressé (impromptu, à l'instar de Patrice Lumumba le jour du 30 juin1960) à ce comité du Parlement Britannnique pour lui dire que la présence d'un criminel, d'un assassin, d'un violeur, d'un pilleur, d'un traitre sous le toit d'un Parlement qui a inauguré le premier au monde la Charte des Droits de l'homme bel et bien que les États-Unis et la Grande Bretagne n'ont pas seulement orchestré l'agression que subit le peuple Congolais, mais ils l'ont aussi sponsorisé dépuis le 2 août 1998. Preuve à l'appui nous avons distribué les photo de cette femme Congolaise du Kivu. En effet, notre compatriote a été violée d'abord par les Rwandais et les hommes du RCD et puis ils ont tiré par après sur son vagin. Incroyable mais vrai! Tous comme le cannibalisme que perpètrent les hommes de Bemba en Ituri.

A Onosumba, nous avions dit qu'il a du sang en ses mains et ne pourra jamais tôt ou tard se passer de la justice, malgré le soutien dont il jouit de la part des puissants de ce monde parcequ'on l'utilse. Nous lui avons donné l'example de Savimbi et nous lui avons dit qu'il ne peut rien décider sans l'aval de Kagame. Peu importe les ménaces d'arrestation par la police ou les mises-en-gardes, y compri de la part de Richard Dowden - ancien redacteur en chef de l'Economist et directeur de la toute puissante «Royal African Society», qui conféré avec le Chef de l'État, le Général Major Joseph Kabila, il y a de cela un mois presque - et quelques agents de l'ambassade du Congo à Londres.

Quant à Onusumba lui-même, il reste à voir si son maître Paul Kagame ne va pas forcer qu'un Rwandais comme Ruberwa occupe le poste de la vice -presidence reservé au «RCD-Rwanda» pour humilier encore davantage les Congolais. Enfin, l'accord a été déjà signé malgré ses agendas cachés! Le vin - je dirai plutôt le vinègre - est tiré il faut le boire?! Vigilence, vigilence, vigilence!

 

Incident regrettable : un garde de Ruberwa sème la panique avec son revolver chargé à l’entrée du premier conseil du gouvernement présidé vendredi par le Chef de l’Etat

Après une crise inutile, les ministres Rcd et Mlc prêtent serment ce Jeudi

Transition piégée: Bizima Karaha prend le pouvoir à Kinshasa entre le 25 juillet et le 15 août 2003

 

Présentation de neuf prisonniers rwandais capturés à l'Est de la RDC

Armée : la proposition du gouvernement met le Rcd-Goma K.O.

L'armée rwandaise a utilisé des hélicoptères lance-flammes dans la conquête de Kanyabayonga

La France prête à diriger une force à Bunia

Bunia: la Monuc dénonce les menaces de Thomas Lubanga contre les déplacés de guerre

Commission de suivi: les décisions prises ensemble sont d’application en attendant le retour du Rcd à Kinshasa

Commission de suivi : mise sur pied d’un nouveau calendrier : Arthur Z’Ahidi Ngoma confirmé Vice-Président de l’opposition

Le Général-Major Joseph Kabila a présidé ce samedi un grand défilé militaire à Kinshasa pour commémorer le 6ème anniversaire de la révolution du 17 mai

Un membre du Rcd-Goma forge l’alibi à Kinshasa

Massacres de l’Ituri : accords de cessez-le-feu à Dar-en-Salaam

La Monuc laisse Kagame et Museveni poursuivre la guerre en R.D.C. alors que Joseph Kabila a tout concédé

L’Upc ayant reconquis Bunia; probable retour des troupes ougandaises en République Démocratique du Congo

Une marche réclamant le retour de la paix en RDC organisée mercredi le 23 avril à Kinshasa par Werrason



Réportage avec photos sur digitalcongo.net


"Le Congo a un besoin crucial des nationalistes sérieux"

Dans un interview avec digitalcongo.net du 11 avril 2003, Ludo Martens fait le point de la situation politique au Congo