Actualités

 


Qui sommes-
nous?

 

Page Lumumba

 

Echec ou réussite: le schéma 1+4 ne représente pas la dernière chance pour le Congo en tant qu’Etat souverain

Par A.R. Lokongo,27 octobre 2003

Le vaillant peuple Congolais des territoires occupés ne cachent pas leur haine vis-à-vis du système international qui, par procuration, a armé Kagame et Museveni pour envahir le Congo, le piller et massacrer les citoyens paisibles et innocents. Ce peuple comprend bien l’agenda caché qu’ont les puissances internationales, les multinationales occidentales (qui envisagent des contrats miniers allant de 40 ans au Congo) et du système des Nations Unis au Congo, et il est prêt à résister jusqu’au bout. On l’a vu partout où Vital Kamere, le réprésentant du Chef de l’État Joseph Kabila, a séjourné. Que ça soit à Goma, Bukavu, Beni, Butembo, Kindu ou Kisangani, le peuple Congolais en lutte a re-affirmé catégoriquement que «Museveni et Kagame - par conséquent les puissances qui les utilisent – ne passeront pas».

Cette re-affirmation catégorique doit inviter le gouvernement de Kinshasa à la vigilance, car, ici, dans les salons hypées en Occident, «les experts» estiment que «le Schéma 1+ 4» représente la dernière chance pour le Congo.
C’est d’ailleurs ce qu’à déclarer un parlementaire britannique qui a fait partie du groupe des parlementaires britannique dirigé par Madame Oona King, et ayant été récemment reçu par le Chef de l’État le Général Major Joseph Kabila.

En effet, dans une conférence organisée par l’Institute of Contemporary Art (ICA) de concert avec l’Economist et dont le thème était: «Comment la communauté internationale peut-elle aider le Congo?», le parlementaire britannique a déclaré: «La communauté internationale doit vraiment cette fois-ci s’investir au Congo. J’ai vu de mes propres yeux, la destruction, le chaos, et la dévastation causée par le régime de Mobutu et cette guerre injustifiable. La Monuc fait son mieux pour aider le peuple Congolais, mais le territoire est si vaste qu’elle consacre le plus gros de son budget au transport et à la logistique. Il revient au Congolais d’oublier le passé et de tout faire en vue de la réussite du gouvernement de transition. Nous devons vraiment aider les Congolais pour que la transition réussisse. Elle représente la dernière chance pour le Congo!»

Tiens! Ça fait vraiment réfléchir! Dernière chance par rapport à qui et par rapport à quoi? Le Congo cessera-t-elle d’être un état souverain et indépendant dans ses frontières scellés au jour de l’indépendance du 30 juin 1960? Ne dit-on pas que «Qui oublie son passé est condamné à le revivre?!»

Le Congo - qui a donné à l’Occident son caoutchouc pour la fabrication des premiers pneus; ses ivoires pour la fabrication des orgues; son uranium pour la première bombe atomique; ses richesses minérales pour le lancement du deuxième homme sur la lune; son coltan pour la fabrication des ordinateurs et des téléphones cellulaires, bref toute la nouvelle technologie de pointe - n’a pas besoin de l’aide. Le Congo a droit à un plan Marshall pour sa reconstruction après 37 ans de dictature Mobutiste, soutenue par l’Occident et six ans de guerre d’agression, planifiée, orchestrée et exécutée par les superpuissances bien connues à travers la main Ougandaise, Rwandaise et Burundaise avec la complicité de certains Congolais et Rwando-Congolais bien connus.

Là où le bas blesse, c’est lorsque les criminelles Congolais et Rwando-Congolais issus de la guerre d’agression sont inopinément hissés au sommet de l’État à défaut des mécanismes pour établir un tribunal criminel international pour le Congo pour que les coupables soient punis, Museveni et Kagame inclus (à l’instar de Milosevic, à tort ou à raison). Espérons que ce moment viendra. Là où le bas blesse, c’est aussi lorsque Kigali et Kampala annoncent qu’ils vont mener des enquêtes fictives au niveau national concernant le pillages des ressources naturelles et minérales de la République Démocratiques du Congo (Voir IRIN Report 23 octobre 2003). C’est du simulacre!

Et au Congo même, à quoi bon appliquer la décision de la Cour Suprême de Justice sur la culpabilité des Mobustistes comme Kitenge Yesu ? Alors que tous les autres Mobutistes, ainsi que tous les pilleurs, marionnettes et criminelles Congolais et Rwando-Congolais issus de la guerre d’agression à la solde de l’étranger se la coulent librement- en vertu des positions qu’ils occupent au sein d’un gouvernement de transition éléphantesque «made in America via South Africa»; remplis des mandataires non élus, où ils s’y côtoient librement et s’y font fortune. D’autres récupèrent sans gêne, les biens mal acquis, croient même qu’ils peuvent s’arroger une immunité de fait sur les crimes contre l’humanité qu’ils ont commise. Wait and see!

Et comme l’illusion ne dure pas, chaque jour qui passe, ces messieurs prouvent par leurs actes qu’ils n’ont pas encore mi fait à leur loyauté vis-à-vis de leurs maîtres de l’étranger.
Il est tout à fait claire que le RCD ne se libérera pas de la tutelle rwandaise et pourrait même soutenir une troisième guerre au Congo.
Et les poulets Congolais de Museveni lui doivent encore de la loyauté. Preuve? A Kinshasa, Mbusa Nyamwisi a dénoncé la présence des troupes ougandaises en Ituri, plus précisément à Bundubudjo, localité située à proximité du secteur de Watalinga dans le territoire de Beni (voir la Référence Plus du 22.10.2003).

Une fois à Kampala, le leader du RCD-ML, n’a pas évoqué la présence des troupes ougandaises en Ituri, mais a plutôt confirmé à l’IRIN la présence des rebelles ougandais dans les camps d’entraînement au Congo, plus précisément au Nord Kivu, entre Beni et Kasindi (Voir IRIN Report 23.10.2003).

Il a même estimé, selon l’IRIN, que d’autres camps en pleine forêt pourraient être localisés prochainement. Cette déclaration ne peut que constituer un gain de cause pour Museveni. Alors, Kinshasa se trouvera dans l’obligation de neutraliser l’Adf, le Lra, l’Unrf II, le Funa, le Wnbf, et le Nalu pour l’Ouganda, en plus des Interahamwe et Ex-far pour le Rwanda; et le FDD pour le Burundi ces rebels fantômes si l’ont tient compte du fait que la coalition rwando-ougando-burundaise occupe tout l’est du Congo depuis le 2 août 2003, il y a de cela à peine six ans!

Rappelons qu’en juillet 2003, les Patriotes-Résistants MAI-MAI subissaient à Butembo une attaque lourde de l’APC/RCD-ML (voir le tout recent communiqué de Presse des Sénateurs MAI-MAI sur la Monuc publié au quotidien l’Avenir).

Par ailleurs, en plus des révélations d’Amnesty International, faisant étant de la présence des troupes rwandaises et ougandaises à l’est du Congo, le peuple vigilant des territoires occupés de Kanyabayonga vient de confirmer à l’AFP (25 octobre 2003) la présence des troupes Rwandaises dans cette partie de la RDC. L’agenda caché des fossoyeurs de la République Démocratique du Congo consiste à mettre le processus de paix en péril. «Ils ne passeront pas», comme l’ont affirmé les jeunes de la ville martyre de Kisangani à l’occasion de la visite de Vital Kamere. Ils trouveront le peuple Congolais sur leur chemin.

Le peuple Congolais, bien que subissant une guerre d’usure, une guerre d’occupation et d’agression lui injustement imposée de l’extérieur, n’a pas oublié cet appel, disons ce testament de Feu Mzee Laurent Désiré Kabila au plus fort de la guerre, dans son dernier discours à la Nation toute entière:
«Mes cher compatriotes,
Ce premier jour de l’an 2001, m’offre l’occasion de vous adresser mes très vives et sincères félicitations à vous tous mes compatriotes, pour la résistance active que vous avez menée, tout au long de l’anneé écoulée contre les agresseurs de la République Démocratique du Congo. Je relève donc votre glorieuse et opiniâtre résistance qui a permis à la nation de n’être occupée, ni totalement ni entièrement, par les agresseurs et esclavagistes rwandais, ougandais et burundais.
Que chacun d’entre vous trouve ici l’expression de ma profonde gratitude, pour les sacrifices immenses consentis et sans lesquels, les fossoyeurs de notre pays auraient pu déjà ouvrir une brèche au sein de notre peuple, pour nous entraîner irréversiblement dans l’ornière d’humiliation, d’assujettissement et d’exploitaion systématique et malheureux.
Fort heureusement, vous avez défait et triomphé des intentions de ceux qui, au loin, n’ont cessé de porter régulièrement secours à nos agresseurs.
La nation aurait pu faire mieux n’eût été, d’une part, en raison des visées de nos agresseurs, les agissements ignobles des nôtres qui ne pouvaient assouvir leurs appétits de pouvoir que par ce biais et, de l’autre, le comportement anti-patriotique de ceux des Congolais qui avaient choisi de diaboliser le gouvernement de leur propre pays, auprès de la communauté internationale, escomptant obtenir ainsi un appui total, pour leur parachutage dans les structures du pouvoir d’Etat.
Je suis convaincu qu’à la fin de l’an 2000, au début du 21ème siècle et au premier jour du troisième millénaire, nos efforts vont tendre à chasser du territoire national les envahiseurs qui, du reste, ne nous veulent nullement du bien. Ces agresseurs ont assassiné plus de 2.300.000 Congolais et ont élu littéralement domicile dans nos mines d’or et de diamant, dans nos plantations de café et de cacao, dans nos parcs, dans nos forêts et nos bois.
Ainsi, ces rapaces confirment, au fil des jours, ce que nous savions déjà et que nous n’avons jamais cessé de clamer haut et fort, toujours et partout. Ils mènent, à la fois une guerre de rapine, une guerre économique, une guerre de tentative de balkanisation de notre pays.
C’est pour chasser ce cauchemar de démembrement de notre nation, que je vous convie, filles et fils du grand Congo démocratique, à une résistance encore plus active et à une lutte, sans merci, contre nos ennemis, jusqu’au jour où nous recouvrerons totalement l’intégrité territoriale, l’indépendance nationale, et la souveraineté internationale de notre pays.
Pour atteindre ce noble et légitime objectif, la République Démocratique du Congo a besoin de sa cohésion interne, sans la moindre fissure. Ce dont les anti-régimes, devant le danger que court pourtant la mère patrie, ne veulent nullement comprendre.
Mes chers compatriotes,
Nous sommes, malgré tout, confiant de pouvoir surmonter nos difficultés économiques conjoncturelles, au cours de cette année 2001, avant d’entreprendre enfin une marche fulgurante, pour la reconstruction de notre pays. Aussi malgré les vicissitudes graves que vit notre pays, nous restons plus que jamais confiants, en l’avenir de notre patrie.
La République Démocratique du Congo est un pays choisi par Dieu et le plan divin se réalisera totalement sur cette terre africaine du Congo démocratique, quelle que soient les tentatives humaines intérieures et extérieures.
A toutes et à tous, je souhaite mes voeux de bonheur, de prospérité et d’engagement patriotique, en vue de la libération totale de notre pays. «BONANA».

ADIEU MZEE LAURENT DESIRE KABILA ! SUR LES PAS DE PATRICE LUMUMBA ET DE PIERRE MULELE, VOUS AVEZ MARCHE ET PARTAGE LEUR DESTIN. MAIS VOUS ETES ENTRE DANS LE PANTHEON DE L’HISTOIRE. SUR LES PAS DE PATRICE LUMUMBA, DE PIERRE MULLE ET SUR VOS PAS NOUS MARCHERONS NOUS AUSSI. NOUS NE VOUS OUBLIERONS JAMAIS.

 


Veuillez cliquer sur le drapeau pour le texte de l'hymne nationale

Manifestation de sympathie pour le gouvernement du président Joseph Kabila à Goma et à Bukavu à l'occasion de la visite du ministre de l'information: photoreportage

Le Général major Padiri Bulenda
à Kinshasa: photoreportage
Updated le 20 septembre 2003

Dossier sur le sommet de l'Organisation Mondiale du commerce à Cancun

Müller Ruhimbika, un Banyamulenge: « 40% des officiers du Rcd-Goma sont Rwandais »

De violents combats menés au Sud-Kivu par des brigades “autonomes” du Rcd-Goma appuyés par des éléments de l’armée patriotique rwandaise

Alerte! La Rdc risque de basculer dans l’abîme avec les opérations «Tempête » et « Hirondelles » projetées par l’Armée patriotique rwandaise

Joseph Kabila a présidé vendredi le 25 juillet la première réunion du gouvernement de transition

Incident regrettable : un garde de Ruberwa sème la panique avec son revolver chargé à l’entrée du premier conseil du gouvernement présidé vendredi par le Chef de l’Etat

Après une crise inutile, les ministres Rcd et Mlc prêtent serment ce Jeudi

Transition piégée: Bizima Karaha prend le pouvoir à Kinshasa entre le 25 juillet et le 15 août 2003

 

Présentation de neuf prisonniers rwandais capturés à l'Est de la RDC

Armée : la proposition du gouvernement met le Rcd-Goma K.O.

L'armée rwandaise a utilisé des hélicoptères lance-flammes dans la conquête de Kanyabayonga

La France prête à diriger une force à Bunia

Bunia: la Monuc dénonce les menaces de Thomas Lubanga contre les déplacés de guerre

Commission de suivi: les décisions prises ensemble sont d’application en attendant le retour du Rcd à Kinshasa

Commission de suivi : mise sur pied d’un nouveau calendrier : Arthur Z’Ahidi Ngoma confirmé Vice-Président de l’opposition

Le Général-Major Joseph Kabila a présidé ce samedi un grand défilé militaire à Kinshasa pour commémorer le 6ème anniversaire de la révolution du 17 mai

Un membre du Rcd-Goma forge l’alibi à Kinshasa

Massacres de l’Ituri : accords de cessez-le-feu à Dar-en-Salaam

La Monuc laisse Kagame et Museveni poursuivre la guerre en R.D.C. alors que Joseph Kabila a tout concédé

L’Upc ayant reconquis Bunia; probable retour des troupes ougandaises en République Démocratique du Congo

Une marche réclamant le retour de la paix en RDC organisée mercredi le 23 avril à Kinshasa par Werrason



Réportage avec photos sur digitalcongo.net


"Le Congo a un besoin crucial des nationalistes sérieux"

Dans un interview avec digitalcongo.net du 11 avril 2003, Ludo Martens fait le point de la situation politique au Congo