Actualités

 


Qui sommes-
nous?

 

Page Lumumba

 

L’Onu accuse: « Kigali et Kampala arment les milices en Ituri »

En plus du pillage des ressources naturelles, le Rwanda et l’Ouganda continuent à armer les milices hema en Ituri, c’est ce que l’Onu dit dans le dernier rapport de ses experts. Il apparaît à travers ce rapport que les Lendu se retrouvent entre le feu ougandais et rwandais à travers l’Upc et le Pusic

Par JDG dans l'Avenir du 03.11.2003

La commission de l’Onu sur les pillages des ressources naturelles du Congo rendu public son rapport dont douze pages sont gardées secrètes. Le rapport accable le Rwanda et l’Ouganda. Accusés de mener au Congo une guerre de rapine, ces deux pays sont cette fois épinglés comme grands pourvoyeurs des milices qui s’affrontent au nord-est de la République Démocratique du Congo, en armes et munitions. Le rapport est explicite Si les Rwanda alimente les Hema de l’Upc de Thomas Lubanga, les Ougandais eux arment les Hema de Pusic de Chef Kawa. Comme on devrait s’y attendre, les deux pays, le Rwanda en premier ne pouvaient que démentir ce qui apparaît pourtant comme des évidences.

Avant même le rapport de l’Onu, tout le monde savait que le Rwanda et l’Ouganda étaient derrière les milices qui semaient et sèment encore l’insécurité dans le district de l’Ituri. L’intérêt du rapport de l’ONU, outre le fait qu’il confirme ce que tout le monde savait déjà, démontre que les Rwandais ont transporté en République Démocratique du Congo, leur cyclique antagonisme entre les nilotiques (Tutsi) et les bantous (Hutu). Hema (nilotiques) et Lendu (bantous) ont certes eu des problèmes dans le passé, mais jamais on n’avait vécu les atrocités avec l’ampleur de ce qu’on vit maintenant depuis l’occupation de cette partie du Congo par les armées ougandaises dans le cadre du « Tutsi power ». Les visées que le Rwanda et l’Ouganda ont sur le Congo apparaissent clairement dans leur soutien aux milices tutsi.

Il n’est plus un secret pour personne que le Rwanda et l’Ouganda ont soutenu et soutiennent encore les minorités tutsi contre la majorité Lendu dans le but inavoué d’un génocide qui éliminerait les Lendu dans le but de changer les rapports de force afin de faire de l’est et du nord-est du Congo, Un espace où les tutsis devraient être seuls maîtres. Il est donc étonnant que la communauté internationale ait négligé cet aspect important de l’engagement du Rwanda et de l’Ouganda en République Démocratique du Congo.

Les Congolais qui en parlent ou qui osent évoquer une tentative des Tutsi d’éliminer les Lendu ou les autres populations autochtones de souches bantoues, ont été accusés de haine ethnique. Et pourtant, la vraie haine ethnique transparaît dans le soutien que les régimes rwandais et ougandais accordent aux Hema contre les Lendu. Cette fois, espérons-le, ces deux pays vont être accuses d’extermination de l’ethnie lendu. Hier c’était deux armées régulières qui avaient pris en étau des populations civiles, aujourd’hui, pour échapper à la sanction internationale, les deux pays massacrent les Congolais par des milices hema interposées.

L’autre intérêt de ce rapport de l’ONU, c’est que le Rwanda et l’Ouganda qui voulaient voir le Congo impliqué dans l’entretien afin de justifier leur soutien aux milices hema sont déçus. Kinshasa et c’est la vérité n’a jamais été impliqué dans la gestion des milices malgré les accusations des Rwandais et de leurs marionnettes du Rcd/Goma. Les Lendu ont donc eu à lutter contre deux pays le Rwanda et l’Ouganda. L’heure n’est plus aux accusations stériles.
Tout le monde qui a été dans l’Ituri a vu les atrocités et la violence avec laquelle les milices tuent. Tout le monde sait que la paix, la réunification et la pacification du Congo passe nécessairement par la fin de la crise de l’Ituri. Et l’on sait, cette fois au moins avec précisions offertes par le rapport de l’Onu, que la paix en Ituri passe par la neutralisation des fournisseurs d’armes que sont Kigali et Kampala. La communauté internationale doit prendre des mesures qui s’imposent pour faire comprendre à Kagame et Museveni que personne ne petit continuer à narguer le monde entier et qu’aucun pays n’a le droit de tuer.

Ce ne sont des pas les cas de jurisprudence qui manque aussi bien en Afrique que dans le monde. Le président libérien, Charles Taylor a été chassé du pouvoir pour avoir soutenu la rébellion en Sierra Leone. En plus de cela, il a un dossier au tribunal pénal international. Le fait que Taylor a été élu n’a pas constitué une excuse pour lui. On ne voit pas comment Museveni et Kagame peuvent connaître un sort différent. Même si on mettait de côté les massacres du Kivu qui sont connus du monde entier pour avoir défrayé la chronique, ce qui se passe en Ituri n’est nullement différent de ce qui s’était passé en Sierra Leone. La seule différence c’est simplement dans l’identité des victimes.

Les victimes de la rébellion sierra-leonaise étaient des Sierraleonais tandis que celles des milices de l’Ituri, sont des Congolais est-ce différent de tuer un autre Africain ? Va-t-on jusqu’à croire qu’il y aurait également différence essentielle dans la nature des fournisseurs en armes? Une rébellion soutenue par Taylor est-elle différente de celle soutenue par Kagame ? Si tel est le cas, on doit dire quelle est cette différence essentielle?

 


Veuillez cliquer sur le drapeau pour le texte de l'hymne nationale

Manifestation de sympathie pour le gouvernement du président Joseph Kabila à Goma et à Bukavu à l'occasion de la visite du ministre de l'information: photoreportage

Le Général major Padiri Bulenda
à Kinshasa: photoreportage
Updated le 20 septembre 2003

Dossier sur le sommet de l'Organisation Mondiale du commerce à Cancun

Müller Ruhimbika, un Banyamulenge: « 40% des officiers du Rcd-Goma sont Rwandais »

De violents combats menés au Sud-Kivu par des brigades “autonomes” du Rcd-Goma appuyés par des éléments de l’armée patriotique rwandaise

Alerte! La Rdc risque de basculer dans l’abîme avec les opérations «Tempête » et « Hirondelles » projetées par l’Armée patriotique rwandaise

Joseph Kabila a présidé vendredi le 25 juillet la première réunion du gouvernement de transition

Incident regrettable : un garde de Ruberwa sème la panique avec son revolver chargé à l’entrée du premier conseil du gouvernement présidé vendredi par le Chef de l’Etat

Après une crise inutile, les ministres Rcd et Mlc prêtent serment ce Jeudi

Transition piégée: Bizima Karaha prend le pouvoir à Kinshasa entre le 25 juillet et le 15 août 2003

 

Présentation de neuf prisonniers rwandais capturés à l'Est de la RDC

Armée : la proposition du gouvernement met le Rcd-Goma K.O.

L'armée rwandaise a utilisé des hélicoptères lance-flammes dans la conquête de Kanyabayonga

La France prête à diriger une force à Bunia

Bunia: la Monuc dénonce les menaces de Thomas Lubanga contre les déplacés de guerre

Commission de suivi: les décisions prises ensemble sont d’application en attendant le retour du Rcd à Kinshasa

Commission de suivi : mise sur pied d’un nouveau calendrier : Arthur Z’Ahidi Ngoma confirmé Vice-Président de l’opposition

Le Général-Major Joseph Kabila a présidé ce samedi un grand défilé militaire à Kinshasa pour commémorer le 6ème anniversaire de la révolution du 17 mai

Un membre du Rcd-Goma forge l’alibi à Kinshasa

Massacres de l’Ituri : accords de cessez-le-feu à Dar-en-Salaam

La Monuc laisse Kagame et Museveni poursuivre la guerre en R.D.C. alors que Joseph Kabila a tout concédé

L’Upc ayant reconquis Bunia; probable retour des troupes ougandaises en République Démocratique du Congo

Une marche réclamant le retour de la paix en RDC organisée mercredi le 23 avril à Kinshasa par Werrason



Réportage avec photos sur digitalcongo.net


"Le Congo a un besoin crucial des nationalistes sérieux"

Dans un interview avec digitalcongo.net du 11 avril 2003, Ludo Martens fait le point de la situation politique au Congo